Daniel : une lumière à Babylone

Vers un nouvel exode des Huguenots ?

6 Février 2014 , Rédigé par Daniel à Babylone Publié dans #Actualité

Cela commence à sentir mauvais, il n’y a pas à dire. Depuis l’élection d’un maître de la Contre-réforme à la tête de l’institution vaticane, l’étau se resserre autour du protestantisme, du moins ce qu’il en reste. Certes, à la lecture de l’histoire de l’Europe, il est clair que l’Eglise dite de Saint Pierre, de Rome, a toujours été plus ou moins sous l’emprise satanique du dragon de l’Apocalypse de Jean qui fait la guerre depuis des siècles aux fidèles du Messie Jésus. Mais à présent, avec l’arrivée du « souverain » François 1er aux commandes de l’Eglise universelle, on commence à entrevoir le point où la séduction jésuitique risque de virer en fascination et en tromperie satanique universelle. Ce n’est plus la chrétienté, c’est le christianisme qui est menacé, du moins sérieusement interpellé.

Le choix du prénom François, hautement symbolique, n’est pas fortuit. Le roi François Ier est associé en effet à la fois à la concorde, à une forme d’œcuménisme, à une relative tolérance à l’intérieur d’un système bien contrôlé (le massacre des Vaudois du Lubéron en montre toutefois les limites), mais aussi au prestige, à la soif de conquête territoriale et impériale en Europe. A l’époque de François Ier, cette soif de pouvoir était soutenue, déjà, par l’oligarchie financière et bancaire*, et caractérisé comme aujourd’hui par le triomphe insolent de la richesse et du luxe, parallèlement à l’appauvrissement des populations et l’affaiblissement du système économique et social. Le règne de François Ier voit aussi un renforcement de l’autorité royale, jetant les bases de l’absolutisme tel que pratiqué plus tard par Louis XIV, ce persécuteur officiel du protestantisme, lâchement inféodé aux ecclésiastiques. Anecdotiquement c’est sous le règne de François Ier que naît le premier engouement français pour les Amériques, terre d’origine du pape François.

* Voir le paragraphe « La compétition pour la couronne impériale (1519) » dans l’article « François Ier de France » sur Wikipédia.

Tout cela est redoutablement d’actualité, en France en particulier et en Europe en général, à l’heure où, selon les termes de Jacques Cheminade, le « cancer financier » « étend ses métastases »* et où « nous sommes encore coincés » dans « la parenthèse libérale »**, selon les termes de François Ruffin, du journal Fakir.

* Diriger la colère, article du 12/12/2013. – ** « La semaine où la gauche a basculé à droite », article du 01/11/2013, excellente rétrospective touchant l’ère mitterrandienne.

Et Jacques Cheminade de conclure :

C’est en toute conscience que François Mitterrand, le 19 février, se disait partagé « entre deux ambitions : celle de la construction de l’Europe et celle de la justice sociale ». Ici, tout est dit. Ou bien on continue dans cette voie suicidaire, François Hollande demeurant le témoin de Jacques Delors, ou bien nous en sortons. Il est plus que temps, car ce que ne disent pas tous les auteurs précités, c’est que nous suivons la voie d’une oligarchie qui mène au chaos social, à la destruction de la substance économique et, finalement et inéluctablement, à la guerre. « Quand la colère des peuples réveille les grands prêtres de l’euro », article du 26/11/2013.

Oui, nous allons vers des « guerres et des bruits de guerre » selon les termes du messie Jésus lui-même, s’exprimant dans la continuation et dans l’esprit du « prophète Daniel ». Comme nombre d’analystes l’ont repéré, la morbidité du contexte actuel, particulièrement en Europe, présente beaucoup d’analogies avec les miasmes de la fin des années 1930. Et qui attend et même prépare ce désastre diabolique pour mieux tirer son épingle religieuse du jeu ensuite ? Devinez.

Oui, cela va mal en France. A l’heure où les puissants de ce monde s’attaquent aux Constitutions des États, trop protectrices, selon eux, des travailleurs et donc trop limitatrices de leurs profits spéculatifs, voilà qu’est soulevé en sus le délicat problème de la liberté de conscience. Et cela se passe sur notre territoire, sur celui de la Fille aînée de la Révolution et des Lumières ! (Nous ne sommes pas francs-maçons, mais pas très catholiques non plus, vous l’aurez compris…) La liberté de conscience ne fait pas l’unanimité parmi les français : un sondage récent donnait légèrement majoritaire les français qui désapprouveraient le refus de certains maires de célébrer des « mariages » entre personnes du même sexe et leur volonté de déléguer cette célébration à un de leurs adjoints.

Le mouvement de la Manif pour tous, manipulé par des forces obscures et qui ne recherchent probablement pas l’intérêt réel de la famille, en rend compte, à sa façon :

http://www.lamanifpourtous.fr/fr/toutes-les-actualites/844-sondage-les-francais-soutiennent-la-liberte-de-conscience-des-maires

Finalement les maires rebelles ont été retoqués par le Conseil constitutionnel. 

http://www.marianne.net/Conseil-Constitutionnel%E2%80%AF-la-liberte-de-conscience-des-maires-rejetee_a233055.html

Serait-ce une préfiguration de ce qui attend ceux qui refusent de se voir imposer le repos dominical impérialiste ? Ce jour « du Seigneur » (sic) est sans surprise encensé et présenté comme une nécessité sociale et familiale par le pape François dans ses homélies. Cette mise au point du Conseil constitutionnel remonte au mois d’octobre déjà. Depuis, le sage point de vue modéré et consensuel du mouvement de Frigide Bargeot sur le mariage et la famille reste peu entendu du suicidaire gouvernement actuel. Certes, le mouvement de Frigide Bargeot, L’Avenir pour tous, annonce peut-être le catholicisme séduisant, mais hégémonique, de demain ; cependant on ne peut que louer ses positions actuelles, puisqu’elles sont empreintes d’humanisme et respectueuses de la liberté individuelle. Comme L’Avenir pour tous le rappelle dans l’un de ses derniers communiqués de presse : «égalité ne signifie pas interchangeabilité, ni disparition des identités sexuées. Les conditions de la parité doivent être préservées dans notre société ».

http://www.lavenirpourtous2014.com/

Sur le plan économique, notre gouvernement semble rester toujours sous l’emprise des grandes banques prédatrices, contre lesquelles bien peu de personnes osent protester encore, malgré tous les efforts du mouvement minoritaire Solidarité et progrès. Ces banques sont autorisées désormais en toute légalité à nous spolier de nos maigres économies, en cas de déficit. Et si leurs fameuses « commission d’intervention » restent dénoncées par les associations de consommateur et par Solidarité et progrès comme foncièrement illégales, puisque ces pratiques leur permettent de dépasser les taux d’intérêts légaux en vigueur, bien peu de gens ont le courage d’entamer une procédure longue et épuisante contre leur banque pour récupérer quelques centaines d’euros (parfois plus, si vous êtes dans la même banque depuis longtemps). La solution, évidente, à tous ces abus, est pourtant là : séparer totalement et strictement les banques d’affaires des banques qui financent le crédit.

http://www.solidariteetprogres.org/glass-steagall.html

Et cela aussi est un enjeu des élections municipales :

Couper les banques en deux une affaire locale

Alors que les vraies questions économique et sociétales restent ignorées du grand public, en cette période électorale, nos députés, ceux qui font nos lois, s’apprêtent à prendre un mois et demi de « vacances », à nos frais, le tout payé plus de 10 000 € par mois (leur « salaire » habituel, avantages en nature non compris), le tout sans avoir besoin de signer de contrat d’insertion ni de pointer à Pôle emploi, avec un parachute doré de plusieurs milliers d’euros jusqu’à la fin de leurs jours, pour quelques années de service seulement. En effet, l'Assemblée nationale sera au «chômage» pendant la campagne électorale municipale. Parce que, c’est vrai, être maire et député en même temps c’est pas tous les jours facile… Pendant ce temps, des enfants dorment dans la rue et des travailleurs ne parviennent pas à se loger, malgré les efforts louables des associations, dans un des pays les plus riches du monde. Combien de temps le Souverain des univers va-t-il laisser faire de telles monstruosités sans intervenir ?

Comme Daniel le rappelait au roi Nabuchodonosor, c’est le devoir et la responsabilité des GOUVERNANTS d’assurer le bonheur et la sécurité des populations, je dis bien des populations, pas des acteurs de cinéma et des ministres seulement, qui vivent dans des châteaux, tels des « nobles » modernes. Rien d’étonnant alors à ce que l’on enfume les médias de problèmes secondaires pour que la population n’ait pas l’intelligence de se révolter. Elle est de plus en plus réduite en esclavage, jusqu’à tomber dans la précarité. Et c’est de sa faute bien sûr…

S’appuyant sur la totalité de son réseau, politique, financier ET religieux, Satan, ex-Lucifer, accélère le processus qui lui permettra, espère-t-il, de réduire en esclavage l’intégralité de la population du globe, esclave et victime de l’égocentrisme, le principe qui a causé son expulsion des cours célestes. De la sorte, il compte arriver à détruire le peu de fidèles au Créateur qui espèrent lui résister et empêcher la reprise en main de la Terre par son Souverain légitime : le Messie Jésus, qui a donné sa vie pour racheter l’humanité.

Sur le plan religieux, en particulier, Satan rentre dans une phase d’activité plus débordante que jamais. Son principal allié religieux, l’évêché de Rome, abusivement placé en situation dominante sur la chrétienté, est plus déchaîné que jamais pour tenter d’étouffer toute velléité de protestantisme depuis que ses jésuites, que d’aucuns soupçonnent d’avoir fomenté la shoah, ont accédé au pouvoir. Attaques contre les fondements du protestantisme et justification des dogmes romains en feignant de s’appuyer sur la Bible, critiques décapantes des interprétations prophétiques protestantes traditionnelles pullulent sur internet.

Vous trouverez ci-dessous un lien vers un bon exemple de ce type de littérature pernicieuse, à lire, si vous avez les nerfs solides. Intelligemment présenté et ficelé, avec un ton agressif modéré qui devrait plaire à plus d’un catholique épris de fondamentalisme. Avec un style et un vocabulaire accessibles et même une faute d’orthographe qui revient régulièrement, toujours la même, montrant ainsi que le style « populaire » est feint (la technique est connue), d’autant plus feint que les auteurs du blog trahissent plus d’une fois leur connaissance approfondie de la théologie en général et des écrits des soi-disant « pères de l’Eglise » en particulier. On a affaire à des spécialistes de haut-niveau dans la hiérarchie ecclésiale. Vous y découvrirez pourquoi les « hérétiques » persécutés autrefois par l’Eglise romaine (vaudois, cathares, etc.) étaient de vils et virulents adversaires du  « vrai » christianisme et donc pourquoi il n’y a aucunement lieu de les plaindre pour les souffrances qu’ils ont endurées ni d’adresser le moindre reproche à l’Eglise pour son attitude férocement persécutrice à leur égard. Le tout affirmé sans le moindre complexe. Une justification ecclésiale et théologique assumée du MEURTRE, du CRIME et de la TORTURE. Bref que du bonheur… et très peu de respect pour les dix commandements. Pas très catholique finalement tout ça.

http://bouclier-catholique.blogspot.fr/

[Note de novembre 2016 : à cette date, le blog ci-dessus a été apuré et expurgé de tous les propos trop violents qu'ils contenaient…]

Est-ce vraiment-là en effet du catholicisme, au sens chrétien du terme ? Il est permis de se poser la question. On est loin ici de l’esprit de l’appel de l’Abbé Pierre, dont la fondation éponyme pour le logement des défavorisés fête le 60e anniversaire. Voilà au moins du christianisme mis en pratique ! Du catholicisme comme cela, d’accord. Il n’est pas dans l’esprit impérial des ordres de l’Ancien régime, esprit qui resurgit, plus fort que jamais dans le système financier et politique mondial. La papauté actuelle a beau sortir son beau discours social, bien rôdé jésuitiquement parlant, aucun vrai protestant ne peut croire que sa préoccupation ultime est humaniste. Sa préoccupation est bien plutôt de retrouver la domination qu’elle a exercée sur les consciences européennes pendant plus de treize siècles, conformément aux prophéties de Jean. La crise économique n’est qu’un moyen pour arriver à cette fin. Et la papauté n’est elle-même qu’un outil entre les mains des anges diaboliques pour préparer la venue de l’Antéchrist à Jérusalem. La reconquête d’Israël n’est qu’un moyen pour arriver à cette fin. Ce n’est pas le fruit d’une sympathie pour le peuple juif.

Alors, au vu de cette actualité bien sombre et bien satanique, les vrais huguenots, ceux qui gardent l’esprit de résistance des Cévenols d’autrefois, de ceux qui exécutèrent le tortionnaire des Cévennes, le sinistre abbé Chayla, et qui résistèrent à la soldatesque royale l’arme à la main et les psaumes sur les lèvres — ces psaumes qui souvent seuls mettaient en fuite leurs ennemis comme à l'époque héroïque de la révolte des Hussites en Bohême* — les vrais huguenots, donc, peuvent légitimement se demander s’ils ont encore un avenir en France et si le moment n’approche pas où l’histoire de l’exode pourrait se répéter. Car si Dieu leur permit de recourir à la force pour se défendre alors, il est loin d’être probable qu’il en soit de même aujourd’hui, où nous attendons de notre Dieu lui-même la délivrance, physique autant que spirituelle, selon l’enseignement de Saint Paul.

* « Dès qu’ils entonnent leur bougre de chanson [les Psaumes], nous ne sommes plus maîtres de nos soldats », rapporte un officier royal de l’époque de la guerre des Camisards. Relisez, si vous avez la chance d’en posséder un exemplaire, la collection d’ouvrages remarquable de Samuel BASTIDE, intitulée Pages d’histoire protestante.

Fuir, alors, partir, mais pour aller où ? Car si les pays du Nord offrent encore un abri relativement libéral et tolérant, il devient de plus en plus patent que le trio satanique systémique oppresseur et destructeur de l’humain, qui fonctionne par une auto-alimentation perverse entre le politique, le financier et le religieux, s’étend à toute la planète. La population est placée de plus en plus sous contrôle total, à l’aide de l’informatique et de la radiotéléphonie… et de la désinformation religieuse orchestrée, jusque dans l’Eglise adventiste du septième jour, celle qui nous tient à cœur, qui vous tient à cœur, enfin je suppose. Sortir de Babylone est bien toujours d’actualité, mais il s’agit, dans un premier temps, d’une sortie spirituelle.

La ruine économique et sociale ne peut que profiter aux religieux, qui n’ont plus grands biens à perdre dans l’histoire, et qui espèrent bien voir, dans ces temps troublés, la renaissance du tant désiré « esprit de solidarité », qu’ils comptent surexploiter et manipuler pour rassoir leur domination satanique sur les consciences. C’est donc bien à un combat spirituel qu’il faut nous préparer, avant d’être obligés de fuir, physiquement, dans les forêts, les montagnes et les antres de la terre, mais pour une très courte période de temps, grâce à Dieu. Alors s’appliquera littéralement ce que des adventistes d’autrefois essayaient à leur façon de prêcher : « Sauve-toi pour ta vie ! »

Mais ce ne sera que le début du départ des Huguenots, des huguenots de France et d’ailleurs. Car l’Exode que nous allons connaître finalement est intersidéral. Il nous fera passer de la Terre au Ciel, sans passer par la mort, en compagnie de ceux qui auront part à la première résurrection. Alors, puisque nous allons monter au Ciel, préparons-nous dès maintenant à penser et à vivre selon les principes du Ciel, ceux que Jésus a montrés dans sa vie terrestre, alors qu’il portait notre chair, affaiblie par plus de 4000 ans d’hérédité défaillante. Et intéressons-nous à ce que fait Jésus, maintenant, dans le Ciel.

Pour nous y aider, des adventistes anonymes ont eu la bonne idée de ressortir un document déjà ancien, authentique, qui vous aidera à comprendre les enjeux des différentes phases de la Rédemption, à partir des chapitres 8 à 10 de Daniel. Un vrai trésor, rédigé par celui qui fut l’un des meilleurs pédagogues biblistes adventistes francophones : Marcel FERNANDEZ, hélas aujourd'hui disparu, endormi (au sens néotestamentaire et hébraïque du terme) jusqu’à la première résurrection.

Précipitez-vous pour lire ce document (lien ci-dessous), l’imprimer et le distribuer largement. Nos « confrères » ont fait un travail de mise en forme d’article de presse assez remarquable, à partir du document original écrit par Marcel Fernandez (nous avons vérifié que ce travail était fidèle à la pensée de l’auteur, telle qu’exprimée dans le document original dont nous possédons nous aussi une copie dans nos archives). Merci et bravo d’avoir pensé à ressortir et mettre en valeur cette perle !

Unissons nos forces par delà nos différends théologiques, car ces différends sont souvent bien peu de choses, de simples élucubrations humaines prétentieuses par rapport à ce que YAHVEH souhaite vivement et instamment accomplir par nos modestes mains !

MARANATHA.

Pour accéder au précieux document de Marcel Fernandez, suivez le lien ci-dessous (vous trouverez le document à télécharger au bas de la page qui s’ouvrira)

http://adventistes-souhaitant-rester-anonymes.overblog.com/2014/02/hommage-%C3%A0-marcel-fernandez.html

Commenter cet article