Daniel : une lumière à Babylone

Psaume 51.12 : Cœur pur, esprit droit

1 Juillet 2011 , Rédigé par daniel-lumiere-a-babylone.over-blog.com Publié dans #Ellen White, #Textes commentés

«O Dieu, crée en moi un cœur pur, et fais renaître dans mon sein un esprit droit», chantait David. En guise de commentaire de ce bel exemple de parallélisme hébraïque, nous vous proposons la première traduction intégrale en français d’un article d’Ellen White (1827-1915), paru dans le Youth’s Instructor, un périodique de l’Église adventiste du septième jour. Femme inspirée, Ellen White est l’auteur d’une série d’articles pour ce périodique intitulés «Words to the Young». Nous vous proposons le texte bilingue anglais-français de l’article paru le 19 janvier 1893. Le lecteur familier de la Bible hébraïque sera heureux de retrouver dans la façon d’écrire de Mrs White la même pensée par analogie, assortie d’un solide ancrage dans les écrits des juifs messianiques (Nouveau Testament).

Pour les expressions qui ont été modifiées notablement par rapport à la formulation du texte original anglais, l’équivalent des termes originaux anglais a été indiqué entre crochets aux endroits concernés, excepté pour le mot Christ, dérivé du grec, systématiquement remplacé dans notre traduction par le mot Messie, mot dérivé de l’hébreu et signifiant également oint. Les références bibliques, absentes du texte original, ont été ajoutées entre parenthèses. Différentes traductions de la Bible ont été employées sans volonté systématique de fidélité au texte de la King James Version employée par Mrs White. Le nombre important de références bibliques montre en tous cas combien l’écriture d’Ellen White est imprégnée de la pensée biblique. Ces éléments et d’autres indiquent  une communauté d’inspiration. Par ailleurs notre parti pris, ici, de coller au plus près du texte original implique la présence importante de voix passives dans la traduction.

“Create in me a clean heart, O God; and renew a right spirit within me.” This prayer is appropriate for every soul, and at any time and in every place may be offered to God in the name and through the merit of Christ. The thought that God can take a poor, sinful, sorrowful human being, and so transform him by grace that he may become an heir of God and joint heir with Jesus, is almost too great for our comprehension. If the sinner comes to God confessing his sin, and believing in Christ as his personal Saviour, he will be accepted; for the word of God is sure. It is yea and amen. Jesus says, “Him that cometh to me I will in no wise cast out.” Christ takes upon him the sins of the transgressor, and imputes to him his righteousness, and by his transforming grace makes him capable of associating with angels and communing with God. {YI January 19, 1893, par. 1}

 

Out of Christ, human wisdom in all its forms is foolishness; for those who trust in their own wisdom, have lost eternity out of their reckoning. Christ prayed for his followers, saying, “Sanctify them through thy truth: thy word is truth.” To all who believe in Jesus as able to save unto the uttermost all that come unto God by him, the gospel is the power and wisdom of God. “The secret of the Lord is with them that fear him.” “If any man will do his will, he shall know of the doctrine, whether it be of God.” Jesus is inviting and drawing by his Holy Spirit the hearts of young and old unto himself. He says, “And I, if I be lifted up from the earth, will draw all men unto me.” {YI January 19, 1893, par. 2}

 

When Christ crucified is preached, the power of the gospel is demonstrated by the influence it exerts over the believer. In place of remaining dead in trespasses and sins, he is awakened. The simple story of the cross of Christ, his suffering and dying for the world his resurrection and ascension, his mediation in the sinner’s behalf before the Father, subdues and breaks the hard and sinful heart, and brings the sinner to repentance. The Holy Spirit sets the matter before him in a new light, and the sinner realizes that sin must be a tremendous evil to cost such a sacrifice to atone for it; for he hears that “God so loved the world, that he gave his only begotten Son, that whosoever believeth in him should not perish, but have everlasting life.” How grievous must sin be that no less a remedy than the death of the Son of God could save man from the consequences of his guilt. Why was this done in behalf of man?—It was because God loved him, and was not willing that any should perish, but that all should come to repentance, believe in Jesus as a personal Saviour, and have life eternal. {YI January 19, 1893, par. 3}

 

 

 

Those who transgress the law of God must suffer the penalty of transgression; but by repentance of sin, by faith in Christ, who, innocent, suffered the punishment for the guilty, the sinner may be pardoned, and through the merit of Christ, may have another probation in which he may have opportunity to form a character like Christ’s character. No one will enter the abodes of bliss who has not been tested and proved; for it must be demonstrated that those who enter heaven will be obedient to its laws, and in harmony with its government. If through the merit of Christ, we develop a character in submission to the will and way of God in this world, our names will stand registered in the Lamb’s book of life. Every soul is now deciding his own destiny, proving whether he will be worthy to unite with the saints in light, or unworthy of an entrance into the city of God—fit only to remain with the wicked and to perish with them. {YI January 19, 1893, par. 4}

 

 

 

 

With intense interest the angels of God are watching to see how we are developing, and they are weighing moral worth. God has given to every man his work, and he is to be no idler. Those who are sanctified through the truth, will make it manifest in their actions; for they will stand decidedly on the Lord’s side, and be heart to heart with their Captain. They will be laborers together with God, representing and defending the holy and the pure, while those who range themselves on the side of error, will support methods whereby the truth shall be suppressed. God has given to every one his light, his measure of power; and he is to work after Christ’s order, manifesting self-denial, wearing Christ’s yoke, and bearing his burden. He will then reveal the fact that he is one with Christ, and his light will shine forth to the world in good works. No one who truly follows Christ, will selfishly live for himself. That he is a follower of Christ is to be demonstrated by precept and example,—line upon line, precept upon precept. In the little things and in the larger responsibilities he is to make it manifest that he is rooted and grounded in the truth. Then his influence will be a success. His associates will know where to find him, and the world will know what to expect of him, and souls will be saved through his instrumentality. {YI January 19, 1893, par. 5}

 

 

 

The influence of the Christian, as a witness for Christ, will be far-reaching; for the truth of God will be carried by the Spirit’s power, and the heart and conscience of many others will be awakened; and so the talents of the Lord’s intrusting will be continually increasing. Let every youth remember that it is one thing to acknowledge the truth of the doctrines of the Bible, and it is another thing to let them control the practical life, and have the living, working principles of truth fashioning the thoughts and actions, that the soul may be pure as God is pure. For as God is perfect in his sphere, so man is to be perfect in his sphere. Let the youth be fully determined to bring sound doctrine into actual contact with souls for whom Christ died, that it may produce sound practice. Then you will be doers of the words of Christ. “Let your light so shine before men, that they may see your good works, and glorify your Father which is in heaven.” {YI January 19, 1893, par. 6}

Mrs. E. G. White

«O Dieu, crée en moi un cœur pur, et fais renaître dans mon sein un esprit droit.» (Psaume 51.12) Cette prière convient à toute personne ; à tout moment et en tout lieu, on peut l’offrir à Dieu au nom du Messie et par ses mérites. La pensée que Dieu peut prendre un être humain, pauvre, pécheur, abattu, et le transformer par sa grâce au point de devenir un héritier de Dieu et un cohéritier de Jésus dépasse presque notre compréhension. Si le pécheur vient à Dieu en reconnaissant son mal et en prenant le [croyant au] Messie comme Sauveur personnel, il sera accepté. En effet la parole de Dieu est fiable. Elle est oui et amen. Jésus déclare : «Celui qui vient à moi, je ne le mettrai pas dehors.» (Jean 6.37) Le Messie prend sur lui les péchés du transgresseur et lui attribue sa droiture. Puis, par sa grâce transformatrice, il le rend capable de s’associer aux anges et de communier avec Dieu.

En dehors du Messie, la sagesse humaine sous toutes ses formes est de la folie, car ceux qui se confient en leur propre sagesse ont perdu l’éternité de vue [de leur estimation]. Le Messie a ainsi prié pour ses fidèles : «Consacre-les par la vérité : c’est ta parole qui est la vérité.» (Jean 17.17) Pour tous ceux qui croient Jésus capable de sauver parfaitement quiconque s’approche de Dieu par lui (Hébreux 7.25), l’évangile est la puissance et la sagesse de Dieu (1 Corinthiens 1.24). «Les secrets du SEIGNEUR sont pour ceux qui le craignent, pour leur faire connaître son alliance.» (Psaume 25.14) Jésus invite jeunes et vieux et attire vers lui leurs cœurs par son Saint Esprit. Il déclare : «Pour moi, quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes.» (Jean 12.32)

Quand le Messie crucifié est annoncé, la puissance de l’évangile est prouvée par l’influence qu’il exerce sur le croyant. Au lieu de rester mort dans ses fautes et ses péchés, ce dernier est réveillé. Le simple récit de la croix du Messie, ses souffrances et son agonie pour le monde, sa résurrection et son ascension, sa médiation en faveur du pécheur devant le Père, subjugue et attendrit [brise] le cœur endurci et mauvais et le conduit au repentir. Le Saint Esprit présente la situation à ses yeux sous un jour nouveau et le pécheur comprend que le péché doit être un mal considérable pour nécessiter un tel sacrifice d’expiation ; en effet il apprend que «Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, pour que quiconque met sa foi en lui ne se perde pas, mais ait la vie éternelle». (Jean 3.16) Combien le péché doit être grave pour qu’aucun remède inférieur à la mort du Fils de Dieu ne puisse sauver l’homme des répercussions de sa culpabilité. Pourquoi cela a-t-il été accompli en faveur de l’homme ? Parce que Dieu l’a aimé et ne voulait pas que quelqu’un périsse, mais voulait que tous parviennent au repentir, croient en Jésus comme Sauveur personnel et aient la vie éternelle (2 Pierre 3.9).

Ceux qui transgressent la loi de Dieu doivent souffrir la pénalité de la transgression. Mais, par l’abandon [le repentir] du mal, par la foi au Messie qui, innocent, a souffert la punition pour le coupable, le pécheur peut recevoir le pardon et, par le mérite du Messie, il peut bénéficier d’une [autre] probation pendant laquelle il aura l’occasion de former un caractère semblable à celui du Messie. Personne n’entrera dans la félicité céleste sans avoir été testé et éprouvé. Car il doit être démontré que ceux qui entrent au Ciel seront obéissants à ses lois et en accord [harmonie] avec son gouvernement. Si, grâce à la valeur [par le mérite] du Messie, nous développons un caractère soumis à sa volonté et aux voies de Dieu dans ce monde, nos noms resteront inscrits dans le livre de vie de l’Agneau (Apocalypse 3.5 ; 13.8). Chaque personne [âme] décide maintenant de sa destinée, démontrant si elle sera digne de s’associer aux saints dans la lumière (Colossiens 1.12) ou indigne d’entrer dans la cité de Dieu — propre seulement à rester avec les pervers et à périr avec eux.

Les anges de Dieu observent avec un intérêt intense notre développement et ils estiment [pèsent] la valeur morale. Dieu a confié une tâche à chaque personne pour qu’elle ne soit pas oisive. Ceux qui sont sanctifiés par la vérité (Jean 17.17) le feront voir dans leurs actes. En effet, ils se tiendront résolument au côté du Seigneur, coude à coude [cœur à cœur] avec leur Capitaine. Ils seront des collaborateurs de Dieu [ouvriers avec Dieu] (1 Corinthiens 3.9), représentant et défendant ce qui est saint et pur, tandis que ceux qui se rangent du côté de l’erreur soutiendront des procédés par lesquels la vérité sera étouffée. Dieu a donné à chacun sa lumière, sa dose de puissance, et chacun doit agir selon le commandement du Messie, manifestant du renoncement, portant le joug avec le [du] Messie (Matthieu 11.30) et supportant son fardeau. Ainsi le croyant [il] révèlera la réalité de son unité avec le Messie et sa lumière brillera sur le monde par de bonnes actions. Aucun disciple réel du Messie ne vivra égoïstement pour lui-même. Son statut de disciple du Messie se démontrera par la parole [précepte] et par l’exemple, «ordre sur ordre, règle sur règle» (Ésaïe 28.10*). Dans les petites tâches [choses] comme dans les responsabilités plus importantes, il va montrer qu’il est enraciné et fondé (Éphésiens 3.17) dans la vérité. Alors son influence sera une réussite. Ses collaborateurs sauront où le trouver et le monde saura quoi attendre de lui ; des âmes seront sauvées par cet instrument.

L’influence du croyant au Messie [du chrétien], en tant que témoin du Messie, s’étendra très loin car la vérité sur [de] Dieu sera apportée par la puissance de l’Esprit ; alors [et**] le cœur et la conscience de beaucoup d’autres seront réveillés. Ainsi les dons confiés par le Seigneur augmenteront constamment. Que chaque jeune se le rappelle : c’est une chose de reconnaître la véracité des enseignements [doctrines] de la Bible et c’en est une autre de leur permettre de contrôler les actes de la vie et de voir les principes actifs [vivants] de la vérité façonner les pensées et les actions, afin que l’âme soit pure comme Dieu est pur. En effet, de même que Dieu est parfait dans sa sphère, l’homme doit être parfait dans sa sphère. Que la jeunesse soit entièrement décidée à mettre les êtres [âmes] pour lesquels le Messie est mort en contact réel avec une saine doctrine afin qu’une saine pratique en résulte. Ainsi vous serez des actants des paroles du Messie. «Que votre lumière brille ainsi devant les gens afin qu’ils voient vos belles œuvres et glorifient votre Père qui est dans les cieux.» (Matthieu 5.16)

Mrs E. G. White

Lire plus d’écrits d’Ellen White sur egwwritings.org (site multilingue)

Lire la Bible dans différentes versions sur lire.la-bible.net

*Comme les auteurs du Nouveau Testament, Mrs White réutilise parfois des expressions de l’Ancien Testament d’une façon qui peut nous paraître peu conforme avec le contexte. Les auteurs du NT sont familiers de ce procédé quand ils citent l’AT, souvent à partir de la version des LXX, qui leur est familière. Ici, en évoquant ce texte difficile d’Ésaïe, Mrs White se réfère à la version anglaise de son époque, la King James, qui interprète ce passage dans une certaine optique. D’autres interprétations et lectures ont été proposées par les exégètes depuis. Cette appropriation des mots de la Bible pour les intégrer à sa pensée dans un autre contexte pourrait aussi évoquer les procédés de certains commentaires juifs.

** équivalent du vaw en hébreu, systématiquement traduit dans la King James par and (et).

Commenter cet article