Daniel : une lumière à Babylone

Oussama, le cauchemar d’Obama ?

6 Mai 2011 , Rédigé par daniel-lumiere-a-babylone.over-blog.com Publié dans #Prophéties

Faut-il se réjouir de la mort d’autrui, fut-il un terroriste ? Comment justifier le recours à la violence et à l’éviction du droit ? Du point de vue de Dieu, la mort d’un homme est toujours un échec. Justice n’est pas encore faite.

 

Bon, alors ça y est on l’a eu… les tests ADN le confirment. Mais comment a-t-il succombé ? En se défendant avec rage, ou plutôt abattu comme un chien après sa capture, le corps criblé de balles devant ses proches, selon le témoignage de l’un de ses 23 enfants, une fillette âgée de 12 ans ? (Voir http://english.alarabiya.net/articles/2011/05/04/147782.html pour plus de détails, notamment sur la vie des habitants de la résidence d’Abbottabad). Les Navy Seals, bourreaux de Ben Laden, seraient des soldats choisis minutieusement, hyper entraînés et armés jusqu'aux dents, spécialisés dans la lutte anti-terroriste. Selon Le Figaro, cette unité ultra secrète regrouperait environ entre 100 et 200 hommes. Ces hommes n’étaient pas envoyés pour simplement arrêter Ben Laden.

En tous cas Ben Laden ne peut plus rien dire pour sa défense. Il n’aura plus jamais l’occasion de présenter publiquement ses éventuels regrets. Il ne pourra jamais nous dire si ces milliers de victimes qui lui sont imputées venaient hanter ses nuits ou si sa nouvelle et jeune épouse afghane suffisait à lui faire oublier le passé… Et on ne saura peut-être jamais — avant le jour du jugement dernier — quelles relations étranges unissaient cet attentat démentiel à l’écroulement presque simultané des tours jumelles, œuvre à coup sûr d’artificiers de haut niveau. Car pour raser aussi vite deux masses pareilles de béton et d’acier, il fallait qu’elles soient farcies d’explosifs des pieds à la tête. Sur les vidéos de la tragédie, les tours ne semblent même pas ébranlées par le choc des avions ni par les explosions des réservoirs. Et, de l’aveu même des fomentateurs, l’incendie qui en a résulté ne pouvait «au mieux» que faire fondre l’armature des étages supérieurs et donc ne provoquer, dans ce bref laps de temps, que l’effondrement du tiers supérieurs des twin towers. Comment cet attentat terroriste a-t-il été aussi bien synchronisé avec le travail des artificiers et qui sont ces derniers ? Autant de questions, et d’autres, qui agitent toujours la toile, pour longtemps encore probablement.

Mais qu’importe, nous n’allons pas ressasser sans cesse sur ce qui nous est caché. Ben Laden est mort, c’est tout ce que nous sommes censé avoir envie de savoir. C’est ainsi que l’on nous a programmé, alors suivons le programme de peur d’être stigmatisé comme faisant une fixation sur une imaginaire théorie du complot…

Ben Laden n’aura plus jamais l’occasion de changer d’avis, ni de regretter ses crimes. Il reste muré pour toujours dans la prison psychique qu’il s’était construite, lentement, sans doute avec «l’aide» d’autres personnes. Que répondront ces derniers au Juge de toute la terre quand ils verront défiler le film de leurs vies sur un écran géant ? Je ne prends pas plaisir à la mort de celui qui meurt — oracle du Seigneur DIEU ; revenez donc et vivez ! (Ézéchiel 18.32). La mort de Ben Laden, si criminel soit-il, ne cause aucune joie au siège du gouvernement céleste. Là-haut, c’est le repentir des pécheurs qui cause de la joie (Luc 15.7). Seul la fin définitive du mal et de ses acteurs, après le chaos désertique des mille ans de l’Apocalypse, causera un vrai soulagement dans les univers.

La mort de Ben Laden ne saurait compenser ou réparer toute la souffrance des familles des disparus. Obama a beau dire que «justice est faite», ce n’est pas exact. Il devrait relire sa Bible plus attentivement : La colère de l’homme n’accomplit pas la justice de Dieu (Jacques 1.20).

Sans doute que Ben Laden méritait la mort. Mais étions-nous suffisamment méritant pour la lui donner, surtout de façon aussi brutale ? Sans doute que sa mort est le résultat logique et attendu de son parti pris que l’on peut qualifier de suicidaire. Mais est-il sain, sur un plan psychique, de se réjouir de la mort d’autrui, fut-il un monstre ? N’est-ce pas là nier un peu la présence du monstre qui sommeille dans notre inconscient ? Est-ce décent de se réjouir de la mort d’un homme, faillible et de la même nature que nous, même s’il s’est obstiné dans un chemin sans retour ? Est-ce décent d’imprimer des T-shirts à la gloire de la force aveugle qui ignore la médiation de la parole ? Un site spécialisé vend déjà en effet des t-shirts, mugs et autres goodies à la gloire de l’opération commando ! Quelle honte pour l’humanité et quel triomphe pour les anges déchus !

L’opération menée par la CIA, sur l’ordre d’Obama, a fait 4 blessés parmi les femmes et les enfants présents dans la résidence d’Abbottabad. Est-ce ainsi que l’Amérique «protestante» entend enseigner au monde la valeur infinie que chaque être humain (y compris Ben Laden) a acquis par la mort du Messie Jésus ? Est-ce en répondant à la violence par la violence ?

«Nous condamnons le terrorisme mais nous ne pouvons accepter aucune violation de la souveraineté de notre pays», commentent par ailleurs des avocats d’Abbottabad, protestant contre l’intervention américaine. En effet, et c’est officiel, maintenant le monde sait que l’on peut, au nom de la démocratie et de la liberté, traquer un individu et lui ôter la vie — une prérogative normalement réservée à Dieu — et ce sans vraie décision collective ni jugement. Dramatique précédent.

Non, Monsieur Obama, justice n’est pas faite. La mort d’un homme est toujours un échec. Justice sera faite, lorsque TOUS les acteurs du drame, y compris ceux, nombreux, qui restent encore dans l’ombre, auront été mis en lumière. Justice sera faite lorsque Dieu pourra rendre, publiquement, à chacun selon sa vraie part de responsabilité dans cette histoire. Publiquement, je dis bien, en face de tout l’univers, et non dans les réunions secrètes de ceux qui façonnent le Nouvel Ordre mondial, qu’on les appelle «sous influence jésuite», «illuminatis», «maçons» ou autres. Tous obéissent au même chef : Satan.

Même le pire des criminels a le droit à un traitement et un jugement équitable. Or à Abbottabad, ce ne fut pas le cas (pas plus qu’en Irak ou à Guantanamo). Quelles seront les conséquences de ce précédent saillant au niveau mondial ? Seule l’Apocalypse de Jean semble nous en donner un idée quand cet apôtre de Jésus décrit ainsi la puissance totalitaire qui monte depuis la fin de l’époque romaine jusqu’à la fin du monde (chapitre 13) :

Il lui fut donné pouvoir sur toute tribu, tout peuple, toute langue et toute nation. Elle avait deux cornes semblables à celles d'un agneau [le symbole fétiche du christianisme], et elle parlait comme un dragon [un symbole de Satan]. Il lui fut donné d'animer l'image de la bête, pour que l'image de la bête parle et fasse tuer tous ceux qui ne se prosterneraient pas devant l'image de la bête.

Ben Laden a été tué. Victoire, on est les meilleurs… Nous avons trouvé un nouveau bouc émissaire pour effacer notre propre méchanceté. Mais est-ce intelligent de se croire délivré de son ennemi, quand notre vrai ennemi, qui n’est pas un être humain, rôde encore autour de chacun d’entre nous, attendant le moment favorable de pouvoir exploiter les forces inconscientes qui nous habitent pour nous plonger dans le marasme ? Quand Dieu fera jaillir de lui, de l’ange déchu, un feu qui le réduira en cendres au yeux de tous (Ézéchiel 28.18), alors là, oui, nous pourrons nous réjouir. Quand cette ennemi là sera condamné à mort, avec tous ceux qui l’auront suivi jusqu’au bout, de Napoléon à Hitler et bien d’autres avant et après eux, alors là, oui, justice sera faite. Ce sera l’issue d’un procès très officiel et selon les règles de la Justice, et pas le résultat d’un coup de main digne du Far-West ! Quand tous les habitants de l’univers, y compris et surtout les condamnés à mort, reconnaîtront la Justice de Dieu, alors là, oui, Monsieur Obama, si toutefois vous vous trouvez du bon côté de la barrière, vous pourrez vous réjouir. Mais, aujourd’hui, le temps des réjouissances n’est pas encore arrivé. Honte à nous (et particulièrement aux «chrétiens») de l’imaginer !

«Vous ne verrez plus Ben Laden fouler de nouveau le sol de cette planète», a déclaré le président Obama. Ben Laden est banni pour toujours, comme Satan fut banni du Ciel par YAHVEH. Mais avons-nous la même autorité que YAHVEH ? La Terre est-elle comparable au Ciel, au royaume de Dieu ? Pour le dogme catholique, oui, certes. Et Ben Laden a-t-il le niveau de responsabilité d’un ange, d’un être parfait et qui ne possède probablement pas d’inconscient ?

L’humain est tout différent : il cherche toujours inconsciemment un père, un modèle, même en Ben Laden ! En voici quelques témoignages, français, relevés par le Post sur Bondy Blog : «En tout cas, c’est pas un terroriste. Il voulait seulement faire du bien pour son peuple musulman «Ben Laden, c’est mon père». Même si ces propos paraissent ahurissants de naïveté, ils révèlent quelque chose de profond. Les jeunes qui tiennent ces propos meurent spirituellement de ne pas retrouver l’image du messie Jésus, l’image de Dieu, dans ceux qui prétendent, de façon blasphématoire, être ses pontifes. Le texte intégral du treizième chapitre de l’Apocalypse, que nous avons évoqué plus haut, livre à ce sujet d’autres détails, religieux, économiques, sur la superpuissance politico religieuse qui se construit depuis plusieurs siècles déjà sur les ruines de l’Empire romain :

Elle exerce tout le pouvoir de la première bête devant elle, et elle fait que la terre et ses habitants se prosternent devant la première bête, dont la blessure mortelle a été guérie. Elle produit de grands signes, jusqu'à faire descendre le feu du ciel sur la terre [contrefaçon de la puissance divine, miracles] à la vue des humains. Elle fait qu'on impose à tous, petits et grands, riches et pauvres, hommes libres et esclaves, une marque sur la main droite ou sur le front, et que personne ne puisse acheter ni vendre sans avoir la marque, le nom de la bête ou le chiffre de son nom.

Certes cette prophétie n’est pas encore pleinement accomplie, mais de beaux prémices se présentent déjà.

On lit encore parmi les réactions sur Bondy Blog que si Ben Laden a préparé les attentats du 11 septembre, c’est qu’il devait avoir de bonnes raisons. Toujours la recherche du sens, à laquelle l’humain ne peut se soustraire et qui permet malheureusement à nombre de superstitions de perdurer, des horoscopes aux lignes de la main, en passant par la numérologie… Pourtant la question du sens demeure et la Bible (la vraie, pas la «nouvelle Bible» !) donne des réponses fiables.

 

L’opération commando du 1er mai 2011 a abattu celui qui reste perçu comme «un héros combattant un occident hégémonique». Le terrorisme d’origine «musulmane» n’est que le dernier soubresaut d’une culture, l’islam, qui s’intègre, lentement, mais sûrement, au système égalitaire et subtilement totalitaire du Nouvel Ordre mondial. Les méchants intégristes, qui refusent de rentrer dans le moule, sont mis hors d’état de nuire. C’est un pas de plus vers le progrès, l’égalité, l’harmonie universelle, la paix… Staline n’aurait pas dit autrement et il n’y croyait pas plus, d’ailleurs, que ceux qui défendent aujourd’hui le pouvoir absolu façon démocratique, façon maçonnique. Qu’importe si cela est vrai ou mensonger : il suffit que le peuple, lui, y croie, alors tout est possible… pourvu que l’on parvienne à robotiser l’être humain en le réduisant à ses comportements.

Dans l’absolu c’est impossible, heureusement. On ne peut rationaliser entièrement la vie humaine sur cette planète, et l’on ne pourra jamais contrôler parfaitement l’esprit humain, malgré des efforts remarquables produit dans ce sens depuis 60 ans, au moyen de la musique, des mass-médias, de la haute-technologie, bientôt des neuro-sciences…

Satan n’a pas dit son dernier mot. Puisque l’être humain a désespérément soif d’absolu et d’irrationnel, on va lui en donner, mais revu et corrigé à la sauce diabolique. L’aspect religieux, miraculeux, « l’amour » « universel », le culte total et collectif, va devoir faire son entrée, bientôt, comme annoncé dans l’Apocalypse et avec la reconnaissance des soit-disant «chrétiens», hiérarchie catholique en tête.

Le religieux va venir au secours du politique, bien dérisoire pour répondre aux besoins profonds des êtres humains. Le politique ne sera peut-être bientôt même plus capable de répondre entièrement aux besoins physiques, alors ne parlons pas de la nourriture de l’esprit : cette dernière se réduit au football, à la technoparade et à la playstation. Mais Satan n’entend pas en rester là : le faux messie n’est plus loin. Et alors, il ne doit rester que peu de temps (Psaume 37.10, Apocalypse 17.10). Soyez donc patient, mes frères jusqu’à l’arrivée du Seigneur qui détruira l’impie par le souffle de sa bouche (Jacques 5.7, 2 Thessaloniciens 2.8). Alors les hommes rendront l’âme de terreur (Luc 21.26). Mais, à ce moment-là, celui qui aura persévéré jusqu’à la fin, résistant aux sirènes du culte dominical (parodie du shabbat), de l’immortalité de l’âme, du culte à Marie, du culte de soi et de tant d’autres séductions sataniques, sera sauvé (Matthieu 24.13). Vive YAHVEH !

Les prophéties bibliques ont clairement annoncé tout cela. Mais Satan est très actif pour en détourner notre attention… Nous aurons l’occasion d’en reparler prochainement.

Commenter cet article