Daniel : une lumière à Babylone

Notre Grand Dieu Et Sauveur

19 Avril 2011 , Rédigé par daniel-lumiere-a-babylone.over-blog.com Publié dans #Réflexions

[Reproduction intégrale d'un article publié sur le site veritebiblique.net. Nous remercions chaleureusement le site pour son aimable autorisation.]

 

La grammaire grecque a un principe fondamental qui a une portée directe sur cette étude : c’est la « Règle de Sharp. » Puisque le Dr. Bruce Metzger en discute avec talent dans un article au sujet des Témoins de Jéhovah, ce qui suit est une portion de cet article. Le Professeur Metzger débat de certaines mauvaises traductions de la Bible faites par la secte mentionnée ci-dessus :

Dans encore un autre verset crucial, la Traduction du Nouveau Monde a faussé la signification de l’original afin d’éviter de se référer à Jésus-Christ comme à Dieu. On lit dans Tite 2 :13 : « Nous attendons l’heureuse espérance et la manifestation glorieuse du grand Dieu et Sauveur Christ Jésus. » Cette traduction, en séparant « le grand Dieu » de « notre Sauveur Christ Jésus », néglige un principe de grammaire grecque qui fut découvert et formulé dans une règle par Granville Sharp en 1798. En bref, cette règle est que, quand le copulatif KAI relie deux noms de même cas, si l’article précède le premier nom et n’est pas répété avant le second nom, ce dernier se réfère toujours à la même personne qui est énoncée ou décrite par le premier nom. Par conséquent, ce verset de Tite doit être traduit comme fait la Revised Standard Version (1952) : « Attendant la bienheureuse espérance et la manifestation de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur, le Christ-Jésus. »

Pour appuyer cette traduction, il y a lieu de citer d’éminents grammairiens du Nouveau Testament grec, comme P.W. Schiedel, J.H. Moulton, A.T. Robertson, et Blass-Debrunner. Tous ces savants sont d’accord dans le jugement qu’une seule personne est visée dans Tite 2 :13 et que, par conséquent, ce verset doit être traduit ainsi : « Notre grand Dieu et Sauveur Jésus-Christ. » [18]

Les traducteurs de la Version King James vivaient deux cent ans environ avant que la règle ne soit formulée. De même, les Protestants Réformés d’Europe avaient le même désavantage. On peut se demander ce qui serait arrivé si ces savants avaient connu la règle de Sharp.

En tout cas, les savants hellénistes contemporains affirment unanimement et clairement que la construction grecque de Tite 2 :13 rend certain le fait que l’apôtre désignait Jésus-Christ comme étant « Notre Grand Dieu ». Et la règle de Granville Sharp est tellement fondamentale que les étudiants en Grec sont souvent initiés à cela dès la seconde année de l’étude de cette langue.

Selon ce que sait l’auteur, il y a plus d’une grammaire grecque qui donne Tite 2 :13 comme l’exemple classique de cette règle. Une telle grammaire est le travail modèle par Dana et Mantey ; en accord avec d’autres savants, ces Baptistes déclarent que le Grec de Tite 2 :13, d’une manière précise, « affirme que Jésus est le grand Dieu et Sauveur ». [19]

Comme d’autres savants, Dana et Mantey reconnaissent aussi que la règle de Sharp doit être appliquée dans des versets similaires, afin d’avoir une traduction exacte. Un exemple est 2 Pierre 1 :1, où il est franchement reconnu par les grammairiens que Pierre aussi « veut dire que Jésus est notre Dieu et Sauveur ».

En ce qui concerne les savants hellénistes, c’est une affaire classée. Dans un commentaire sur Tite 2 :13 ; A.T. Robertson fait ressortir que le Dr. Moulton trouvait plus à propos les exemples des papyrus du VII siècle après J.C. qui montrent que, parmi les Chrétiens parlant le Grec « notre grand Dieu et Sauveur » était une forme courante de discours… La conclusion de Mouton est suffisamment claire pour clore ce sujet. [20]

La citation ci-dessus a été tirée de la volumineuse grammaire de 1454 pages du Dr. A.T. Robertson, une œuvre modèle sur le Nouveau Testament grec.

Les savants hellénistes nous informent que la règle du Sharp appliquée à Tite, identifie Jésus Lui-même comme étant « notre grand Dieu et Sauveur. » Mais, en dépit du verdict unanime des grammairiens hellénistes, Hugh Schonfield, l’auteur de The Passover Plot, a écrit dans un autre livre étrange, Those Incredible Christians : « Jamais, où que ce soit, Paul n’a identifié Christ avec Dieu. » [21]

Nous allons considérer cette incroyable déclaration du Dr. Schonfield. Nous avons déjà vu que Paul, avec précision, appelle Jésus-Christ « notre grand Dieu. » Et, en plus de Tite 2 :13, cet apôtre identifie « Christ avec Dieu » dans 2 Corinthiens 5 :19 ; Romains 9 :5 ; 1 Thessaloniciens 2 :16,17 (en Grec) ; Colossiens 1 :19 ; 2 :9 ; 1 Timothée 1 :16,17 – sans parler des nombreux passages où il est question de Yahweh, que Paul identifie avec Jésus, au travers de ses épîtres ! Il ne peut y avoir aucun doute que Paul, très certainement, à plusieurs reprises, a « identifié Christ avec Dieu. » En faisant ainsi, il était simplement dans la lignée des écrivains inspirés du Nouveau Testament. Dans son livre passionnant, Set fort Your Case, le Dr.Clarck Pinnock a écrit : « Toutes les preuves du Nouveau Testament vont dans la même direction : vers un Messie qui est à la fois humain et divin, et à qui les hommes doivent toute obéissance. Peu importe que nous lisions Matthieu, Luc, ou Jean, Pierre, Paul, Jacques ou Jude, le message est le même. La seule compréhension de Christ qui n’est pas basée sur une reconstruction spéculative des matériaux historiques, est celle de l’adoration et de la louange « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Le Christ divin est le seul Christ dont n’importe quel document du Nouveau Testament a connaissance. » [22]

Pinnock a raison. Et si nous affirmons que nous croyons le récit biblique, nous devons prendre au sérieux l’affirmation du Nouveau Testament : une proclamation de la pleine divinité de Jésus-Christ.

« Car il a plu à Dieu de faire habiter en Lui toute plénitude. » (Colossiens 1 :19)

Ceci est un verset provoquant. L’écrivain n’a pas simplement écrit « plénitude. » Il n’a pas simplement écrit « La plénitude. » Ce que le Grec inspiré dit c’est qu’en Jésus-Christ « toute la plénitude de Dieu se plaisait à résider. » Ceci rend la divinité de Jésus vraiment totale, car Il l’a toute. Les versions anglaises le font ressortir dans leurs traductions. La traduction Phillips rend ainsi le verset :

« C’était en lui que la pleine nature de Dieu a choisi d’habiter. »

Pareillement, The New English Bible traduit ce verset :

« Car tout ce qui est en Dieu a pris corps dans le Christ et habite pleinement en lui. »

Un verset en rapport avec Colossiens 1 :19 se trouve dans le deuxième chapitre du même livre du Nouveau Testament :

« Car c’est en Christ que l’être total de Dieu demeure incarné. » (Col. 2 :9)

Commentant ce verset, un érudit biblique a affirmé avec justesse : « Cela signifie que tout ce qui peut, sans exception, composer la divinité… demeure ou réside corporellement en Jésus-Christ… Il est à remarquer aussi que Paul emploie le temps présent du verbe « demeurer. » Il ne dit pas que la plénitude de la qualité divine « a demeuré » ou « demeurera » en Jésus-Christ, mais qu’elle y demeure. » [23]

Un mot de plus doit être dit au sujet du verbe employé par Paul « demeurer. » On trouve à la fois dans Colossiens 1 :19 et Colossiens 2 :9, le même verbe grec, et il signifie « s’installer », pas simplement « demeurer. » Pour être même plus exact, dans le Grec le verbe signifie « demeurer d’une façon permanente ! »

Ce verbe se trouve aussi dans Matthieu 2 :23. Quand nous consultons la traduction de Charles B. Williams, nous voyons qu’il a mis une note au verbe employé dans Matthieu. Selon le Dr. Williams : « Ce verbe signifie demeurer d’une façon permanente » (c’est nous qui soulignons). [24]

Les lexiques grecs sont d’accord. Ainsi, nous avons un apôtre de Dieu inspiré qui affirme deux fois (Colossiens 1 :19 ; 2 :9) que la plénitude de la Divinité « demeure d’une façon permanente » en Jésus. Les éditeurs de la Oxford Annotated Bible ont donc affirmé que l’Etre total de la Divinité demeurera « éternellement » dans le Messie. [25] En vérité, en ce qui concerne Dieu, « d’une façon permanente » signifie éternellement.

Commenter cet article