Daniel : une lumière à Babylone

Libérer le dimanche

25 Mars 2012 , Rédigé par Daniel à Babylone Publié dans #Actualité

Il est scandaleux, dans une république laïque, qu'il soit si difficile d'obtenir une autorisation de travailler le dimanche.

Certes beaucoup de gens s'accordent à reconnaître la nécessité d'un jour de repos hebdomadaire, sur le plan physique, psychique, social et familial. En cela, nous reconnaissons indirectement le génie et l'autorité du Créateur qui a fondé la création sur une semaine de sept jours, elle-même organisée en direction du repos (shabbat) du septième jour (du vendredi soir au coucher du soleil au samedi soir au coucher du soleil).

Mais de quel droit nous impose-t-on, au niveau étatique, de nous reposer le dimanche, quand YAHVEH a préparé pour nous le repos du Shabbat ? Nous ne sommes plus à l'époque de Constantin (début du IVe siècle) et de ses diktats impériaux, nous sommes dans une république (enfin…). Cet interdit du travail dominical reste donc fondamentalement de nature religieuse et papale, ce qui est inacceptable dans une démocratie. Disons-le haut et fort, au risque de passer pour des perturbateurs de l'ordre public. YAHVEH et tous ses fidèles qui, dans l'ombre, attendent d'être éclairés sur ce point comptent sur nous pour le faire ! Des anges puissants, restés fidèles à YAHVEH, attendent notre action pour nous seconder efficacement.


La liberté de choisir son jour de repos devrait être logiquement défendue comme un droit inaliénable dans une république. Quitte à travailler pendant son jour de repos mais en alternance (une semaine sur trois ou sur quatre, par exemple) pour maintenir la continuité des services ou un service minimum pendant le week-end. La république devrait conserver jalousement le principe de la séparation entre la religion et l'État. Car l'histoire, et en particulier l'histoire de France, le prouve : chaque fois que le politique a voulu s'allier au religieux (ou inversement), l'intolérance et les violences ont surgi et surgiront inévitablement, quels que soient les partis religieux en présence et leurs pieuses mais trompeuses déclarations de bonnes intentions.

Ce n'est pas nous qui mettons en danger l'ordre public, ce sont ceux qui, sous l'influence rampante et satanique du romanisme intolérant et dominateur, veulent intégrer Dieu dans la vie étatique. Ce sont ceux qui voudraient mettre Dieu dans leur poche pour accéder au pouvoir totalitaire, ce qui signifierait la fin réelle de la démocratie. C'est pourtant ce qui se passe aujourd'hui sous nos yeux et peu de gens protestent. Au contraire la frange la plus conservatrice du catholicisme se frotte les mains et se montre de plus en plus audacieuse et même arrogante dans le dialogue social. Déguisée parfois sous d'hypocrites manteaux syndicaux, elle fustige de plus en plus ouvertement le travail dominical. Mais au nom de qui et de quoi ?? Ne la laissons pas dire !!

 

Le travail dominical n'est pas un péché.

Sur le plan social, l'obligation du repos dominical engendre inévitablement l'obligation du suractivisme pendant le shabbat : courses, ménage, affaires, etc. Obliger la population à interrompre ses activités le dimanche, c'est l'obliger à multiplier ses activités le samedi. C'est non seulement lui imposer un surmenage généralisé et obligatoire, déséquilibrant ainsi le flux des activités humaines, mais c'est aussi et surtout l'obliger à se soumettre à une ordonnance de nature religieuse et non civile. Cela même YAHVEH, le Créateur du shabbat ne le fait pas ! De quel droit la puissance papale le ferait-elle ? VADE RETRO !

Oui, en dehors de la semaine de travail, nous avons besoin d'un jour de repos ET d'un jour pour vaquer à nos activités et effectuer nos démarches personnelles. Mais libre à chacun d'organiser ces jours non travaillés comme il l'entend et comme il le peut. Il n'y a aucune raison de regrouper toutes les activités le samedi  et de faire du dimanche un véritable désert socio-économique. Bien sûr si des personnes honnêtes, pour des motifs de conscience, souhaitent regrouper toutes leurs activités l'un des deux jours du week-end pour se reposer totalement pendant l'autre, il faut faire le maximum pour que leur souhait puisse concorder au mieux avec les impératifs sociaux et sanitaires notamment. Avec les impératifs, nous disons bien, et non avec les impositions du capitalisme sauvage. Mais, repos ou travail, la république ne devrait en aucun cas être arrêtée sur un jour, le même pour tous, imposé de façon aveugle et unilatérale, comme seule une puissance religieuse totalitaire le ferait. Le monstre abominable apocalyptique qui tente actuellement de mettre le monde à genoux devant lui veut profiter avec perversité de la fin (apparente) de l'esclavage du travail dans nos pays occidentaux, pour instaurer un nouvel esclavage : l'esclavage de l'autorité religieuse. RÉSISTONS !

 

Ce qu'il faut éviter, bien entendu, c'est l'esclavagisme engendré par la toute-puissance du profit commercial, au mépris de la production utile et de l'économie réelle. Cela les jésuites ont beau jeu de le mettre en avant, sur les divers forums internet sur lesquels ils modèlent l'esprit des intellectuels qu'ils séduisent. Cependant, c'est vrai, l'esclavagisme économique entretenu par l'économie virtuelle existe bel et bien : en France peu, mais dans d'autres pays européens, comme la Pologne par exemple (pays pourtant bien catholique !), c'est une cruelle réalité pour les populations qui travaillent le week-end sans contrepartie satisfaisante. Travailler pour cela, «pour la nourriture qui périt» selon l'expression de Jésus, que ce soit le dimanche ou le samedi : NON. C'est là que l'État doit intervenir, pour réglementer le travail du week-end — et non pour imposer le repos au nom de Dieu — mais en se gardant bien de donner un quelconque avantage au dimanche, car alors il prendrait déjà parti religieusement, ce qui est inacceptable. C'est pourtant bien ce qui va finir par arriver, comme les prophéties apocalyptiques l'annoncent et comme les pionniers du mouvement adventiste l'avaient explicitement formulé. On retrouve d'ailleurs cette problématique de l'imposition du repos dominical, marque de l'autorité papale usurpatrice et satanique, sous la plume d'Ellen White, une femme visionnaire disparue en 1915, témoin oculaire du mouvement interconfessionnel adventiste.

 

Dans une république laïque, et donc libre, la seule possibilité JUSTE et ÉQUITABLE est le travail le week-end en alternance, sans privilégier aucune tendance religieuse. Cela demanderait beaucoup de négociations au cas par cas, afin que la conscience d'aucune personne SINCÈRE ne soit foulée aux pieds. Mais l'être humain n'a-t-il pas suffisamment de valeur pour que l'on fasse cet effort ? Oui faisons-le afin qu'aucun État ne suive le déplorable exemple de la puissance romaine totalitaire et persécutrice — actuellement matérialisée par l'État du Vatican, cette anomalie géo-politique, cette menace permanente pour la paix dans le monde — puissance romaine ennemie de toujours de la liberté de conscience qu'elle déteste.

Prions pour que YAHVEH nous protège contre les pires crimes de cet État romain où se trouve (symboliquement) le trône de Satan*, selon l'apôtre Jean, le disciple préféré de Jésus. Et prions d'abord et avant tout pour YAHVEH lui-même, YAHVEH bafoué, YAHVEH insulté, YAHVEH meurtri par le sort que Satan et ses complices humains réservent à Ses créatures, qu'il a voulues libres et heureuses. Prions pour qu'il obtienne rapidement le plein droit, devant l'assemblée générale de l'univers, d'intervenir sur cette planète, afin que le mal s'arrête, faute de combattants, le temps que la deuxième phase du jugement céleste se déroule, pendant les mille ans mentionnés dans l'Apocalypse. Et n'omettons pas non plus de prier pour nos ennemis ! C'est ainsi qu'un Saul de Tarse est devenu l'apôtre Paul, le plus grand théologien de la foi messianique (chrétienne si vous préférez) de tous les temps !

 

* Apocalypse 2.13. L'Eglise de Pergame, mentionnée dans ce texte éminemment symbolique, correspond à la période où l'Eglise est prise dans la spirale infernale de l'ascension politique, suite à la chute de l'empire romain d'Occident et à l'appui militaire qu'elle reçoit de l'Empereur romain d'Orient (voir notre commentaire sur Daniel 12). Il s'agit ici bien entendu d'une interprétation historiciste de l'Apocalypse, type d'interprétation le plus équilibré, par rapport aux interprétations prétéristes et futuristes, issues de l'influence de certains théologiens jésuites (mais pas tous, attention, rien n'est plus trompeur que ce milieu !). Cependant d'autres applications de la prophétie sont possibles, tout au long de l'histoire. D'autres pouvoirs totalitaires — souvent plus politiques que religieux néanmoins — ont manifesté le même esprit satanique que celui qui, ici, désigne forcément Rome dans l'esprit de l'apôtre Jean. Il faut donc être prudent avec les interprétations futuristes (comme avec les interprétations prétéristes jésuites !) qui tiennent trop ou pas assez compte du contexte historique. Le lecteur éclairé, équilibré et curieux pourra stimuler sa réflexion et son esprit critique en consultant, par exemple, le site prophetie-biblique.com, qui est obsédé par la question de l'islam, ce qui à l'inconvénient de détourner l'attention de Rome, le vrai successeur de Babylone. L'islam n'en est qu'une déclinaison orientale. Que de croyants il reste à libérer de ces deux totalitarismes religieux et sanguinaires ! Que du sanctuaire, le Messie nous envoie du secours (Psaume 20.3) et que beaucoup de Ses frères juifs puissent nous rejoindre vite dans ce combat spirituel !

Commenter cet article

magnon86 05/09/2014 18:44

Bonsoir,
Je suis sabbatiste moi aussi - sans être adventiste.
J'ai relayé un des articles du blog sur mon profil FBook (voir lien https://www.facebook.com/CasiPapa ).
Je crois que "mieux vaut un bon arrangement qu'un mauvais procès" et je suis arrivé à contourner l'arrêté municipal interdisant de tondre le dimanche : je me repose le samedi et tonds le dimanche
en m'accordant avec mes plus proches voisins - ils déclarent ne pas entendre la tondeuse.
En montrant notre patience et notre bonne volonté aux non-croyants, ils auront une bonne impression et se poseront les bonnes questions - celles qui mènent aux bonnes réponses.
Je n'ai pas encore déclaré que je suis sabbatiste, mais si un jour je siège au Conseil Municipal, je ferai en sorte que les arrêtés soient oecuméniques et que chacun prenne son repos selon sa
propre coutume - tout en respectant les réglementations sur les nuisances sonores.
Pour l'instant les sabbatistes sont minoritaires. Je ne connais aucun semblable ici.

Bonne soirée.

Daniel à Babylone 04/01/2015 10:31



Bravo pour votre tact et votre sens des relations ! Bel exemple de christianisme mis en pratique ! Et gloire à Dieu.