Daniel : une lumière à Babylone

Le Serviteur de YAHVEH (3) : La vraie promesse de Dieu à Abraham

17 Avril 2011 , Rédigé par daniel-lumiere-a-babylone.over-blog.com Publié dans #Le Messie

Après une incursion un peu compliquée dans le texte hébreu de Genèse 12.3 (voir La Terre à genoux), voici, comme promis, la suite de notre étude des prophéties messianiques, afin que le croyant, quel que soit son niveau d’érudition biblique, soit parfaitement équipé pour toute œuvre bonne en ces temps difficiles. Dans la prophétie qui va nous occuper ici, les promesses de YAHVEH à Abraham concernent la bénédiction apportée à l’humanité par le Messie.

Voici ce que Dieu promet à Abraham lorsqu’il l’appelle à quitter son pays :

Je bénirai ceux qui te béniront, qui te bafouera je le maudirai ; en toi seront bénies toutes les familles de la terre. Genèse 12.3.

La prophétie messianique, qui nous intéresse ici, se trouve dans la dernière phrase : en toi seront bénies toutes les familles de la terre. Cette prophétie ne concerne donc pas seulement la famille d’Abraham, mais l’humanité tout entière. Toute l’humanité est bénie en Abraham. Deux questions se posent alors : en quoi consiste cette bénédiction et que signifie « en toi » dans cette prophétie ?

Commençons par la deuxième question. Quand Dieu dit à Abraham en toi, il veut dire en ta descendance, qu’il voit déjà potentiellement en Abraham*. C’est donc de la descendance d’Abraham que viendra la bénédiction. Mais en quoi au juste consiste la descendance d’Abraham ?

 

Dans la Bible, on attribue à Abraham trois types de descendants :

— ses propres descendants génétiques, qui sont devenus le peuple hébreu et dont les juifs constituent le reste**;

— les croyants qui pratiquent la même foi, la même confiance en Dieu et en ses promesses, qu’Abraham, par exemple l’apôtre Paul écrit aux Galates que s’ils se soumettent au Messie Jésus, ils peuvent se considérer comme descendants d’Abraham, quelles que soient leurs origines ethniques ;

— et le Messie lui-même : Or, c’est à Abraham et à sa descendance que Dieu a fait ses promesses. Il n’est pas dit : « et à ses descendances », comme s’il devait y avoir plusieurs lignées pour bénéficier de ces promesses. A ta descendance ne désigne qu’une seule descendance, et c’est le Christ [le Messie]. Galates 3.16, Semeur. Le Messie est le récipient primordial de toutes les promesses de Dieu. Il est le signe et la concrétisation de l’alliance perpétuelle dont parle Yahveh dans Genèse 17.7, par exemple.

Jésus accomplit et accomplira encore parfaitement les prophéties messianiques. De plus, Jésus a pratiqué la même foi en Dieu qu’Abraham, sans jamais faillir. Enfin Jésus était d’origine juive, il descend de David. Il est la descendance d’Abraham par excellence.

Nous l’avons vu dans une étude précédente : Dieu annonçait déjà ce Messie dans le jardin d’Éden, quand il disait à l’ange dissimulé derrière un serpent qu’un descendant de la femme lui écraserait la tête. En désignant le Messie comme le descendant de la femme, ou comme le descendant d’Abraham, Dieu souligne que le Messie doit agir en tant qu’homme comme tous les hommes.

Si Dieu attire ainsi notre attention sur ce sujet, c’est qu’il est très important. Le Messie doit en effet vaincre l’ennemi de Dieu dans notre condition humaine. Le Messie doit devenir notre exemple, afin que nous ayons l’assurance (la foi) de pouvoir résister à la tentation aussi bien que lui-même. Voilà quel combat Abraham menait dans son cheminement avec Dieu.

Jésus disait : Le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. Luc 19.10. Ce titre de Fils de l’homme par lequel il se désigne fait référence au Messie-roi présenté près du trône de Dieu dans Daniel 7. Mais c’est l’homme perdu que ce Messie est venu chercher et sauver. Il devait le faire en tant qu’homme pour que la bénédiction d’Abraham parvienne aux païens en Jésus Christ. Galates 3.14, TOB. La bénédiction d’Abraham se trouve dans le Messie Jésus. Le Messie a apporté cette bénédiction pour tous les hommes, quelle que soit leur culture particulière.

 

Maintenant en quoi consiste cette bénédiction ?

Nous allons le découvrir dans cet extrait du discours de Pierre prononcé près du temple de Jérusalem, suite à une guérison miraculeuse : C’est vous qui êtes les fils des prophètes et de l’alliance que Dieu a conclue avec vos pères, lorsqu’il a dit à Abraham : En ta descendance, toutes les familles de la terre seront bénies. C’est pour vous que Dieu a d’abord suscité puis envoyé son Serviteur Jésus, pour vous bénir en détournant chacun de vous de ses méfaits. Actes 3.25-26, TOB.

Jésus est présenté ici comme le serviteur de YAHVEH, envoyé pour nous bénir, et cette bénédiction consiste à nous détourner de notre méchanceté, de ce qui nous fait du mal. Il s’agit bien nous détourner, chacun, de notre mal, et non d’écarter le mal de nous. Jésus n’éloigne pas le mal, mais il nous éloigne du mal. C’est un travail d’analyse de notre personne, de notre moi. Il s’agit de nous détourner de notre allégeance au mal, selon le sens du verbe grec apostrepho employé dans le texte original.

Ce travail du Messie Jésus est en harmonie avec ce que YAHVEH lui-même avait annoncé par la bouche du prophète Ézéchiel : Je vous donnerai un cœur neuf et je mettrai en vous un esprit neuf ; j’enlèverai de votre corps le cœur de pierre et je vous donnerai un cœur de chair. Je mettrai en vous mon propre Esprit, je vous ferai marcher selon mes lois, garder et pratiquer mes coutumes. Ézéchiel 36.26-27, TOB.

Dieu ne changera pas le monde mauvais qui nous entoure : nous vivrons avec lui jusqu’à la fin. Mais le Messie change, jour après jour, notre être intérieur, avec notre collaboration, afin que nous ne produisions plus de méfaits. Il s’agit de travailler dans le cœur, à la frontière du conscient et de l’inconscient, car, comme Jésus nous l’a expliqué, c’est de l’intérieur, c’est du cœur des hommes que sortent les intentions mauvaises : inconduite, vols, meurtres, adultères, cupidité, perversités, ruse, débauche, envie, injures, vanité, déraison. Tout ce mal sort de l’intérieur. Marc 7.21-23, TOB. C’est de tout cela que le Messie nous détournera, pour que, par la puissance de son Esprit, nous produisions de bons fruits, des fruits que l’on a pas honte de mettre en lumière). Car le fruit de la lumière consiste en toute sorte de bonté, de justice et de vérité. Éphésiens 5.9, NBS. Voir aussi Galates 5.22.

Oui, le Messie a le pouvoir de changer nos cœurs et c’est bien là qu’il faut agir pour que la vie change. Changer notre environnement ne ferait pas de nous de nouvelles personnes. Nous ne ferions que déplacer le problème sans le résoudre. De même, établir un programme précis de modification de nos comportements n’aboutira qu’à nous déformer et non à nous réformer***. La bonne nouvelle est que le Messie Jésus a la puissance de changer notre esprit, en travaillant sur notre cœur. Il peut vraiment détourner chacun de nous de nos mauvaises pensées, et donc de nos mauvaises actions. C’est le fruit d’une collaboration constante entre son Esprit et notre esprit.

 

Comment accéder à cette merveilleuse bénédiction ?

La seule condition pour obtenir cette bénédiction du Messie, c’est la foi. Ceux qui deviennent croyants sont bénis avec Abraham le croyant. Galates 3.9, traduction libre. Dieu fait naître la foi dans votre cœur, au carrefour des vos émotions et de votre raison. Il suffit de croire et d’agir en conséquence, de faire les choix qui s’imposent, dans votre esprit et dans votre vie. Et la foi n’est pas statique : Dieu l’a plantée dans votre cœur pour qu’elle croisse, qu’elle se développe, qu’elle murisse. Afin que, par la foi, nous recevions l’Esprit promis. Galates 3.14, NBS.

 

Pour résumer cette prophétie messianique, nous pouvons dire :

que le Messie (Jésus) est LE descendant d’Abraham, le Fils de l’humanité ;

— que le Messie apporte une bénédiction pour tous les hommes ;

— que cette bénédiction est la puissance que le Messie possède pour détourner notre cœur du mal, pour le purifier de toute pensée mauvaise, pour nous apprendre à penser comme lui, à aimer comme lui, à agir comme lui. Ce changement est la grande bénédiction que le Messie apportera à chacun d’entre nous qui croyons en lui, aujourd’hui encore.

 

 

*On trouve d’autres exemples de ce type de pensée, inclusive, dans la Bible. Cela est considéré comme une des caractéristiques de la pensée hébraïque.

** La descendance d’Ismaël est née de la propre initiative d’Abraham et non de la promesse de Dieu. Certes cette descendance reçoit aussi la bénédiction, mais elle ne sera pas elle-même la source de bénédiction, dans le sens où elle ne sera pas à l’origine du Messie. Les descendants d’Ismaël, en revanche, deviennent à leur tour une source de bénédiction pour les autres s’ils adoptent la vraie foi d’Abraham. Ils rentrent alors dans la deuxième des trois catégories de descendants d’Abraham selon la Bible.

*** Ellen White, Puissance de la grâce, p. 241.

Commenter cet article