Sexualité implique biodiversité ! Forcément. Cela fait partie des lois non écrites qui fondent l'humain. Sexualité implique potentialité de transmission de la vie. Forcément. Transmission et non création ou manipulation artificielle. Car l'être humain ne procréé pas seulement : il transmet une parole, il ne fabrique pas un objet, fut-il vivant.

L’homophilie, dans ses dérives, confond parfois ses phantasmes d’autogénération avec la réalité. Car deux femmes ou deux hommes ne peuvent se reproduire entre eux. C'est une impossibilité qu'il faut accepter. Tous les artifices médicaux techniques de procréations n'y changeront rien. Dans notre cerveau, les places de père et de mère restent les mêmes.

 

Au fond cela nous invite à nous demander, qu'est-ce qu'il y a derrière le désir d'un enfant et comment cet enfant, s'il advient, va-t-il porter cela toute sa vie ? Peut-être que l'on pense parfois trop à soi-même. «Si quelqu'un veut me suivre, disait le messie Jésus, qu'il renonce à lui-même.» (Marc 8.34) Quelle sagesse, impopulaire peut-être, mais quelle sagesse !