Daniel : une lumière à Babylone

L'obéissance aveugle garde la faveur du catholicisme romain

24 Mars 2012 , Rédigé par Daniel à Babylone Publié dans #Actualité

Reproduction d'une archive du site : Les clubs "Penser la France" (site à caractère politique dont nous ne soutenons pas tous les points de vue) http://www.blogg.org/blog-11989-themes-religions-105000.html

 

« Le véritable catholicisme est compatible avec la critique » par Gilles Marmasse, enseignant en Philosophie. | 16 septembre 2008

 

L'Eglise catholique ne sera réconciliée avec la raison qu'en faisant sienne la culture du débat et de l'esprit critique.


Benoît XVI ne cesse d'affirmer que les convictions propres au catholicisme ont à s'ouvrir à la raison, et que la théologie doit être non seulement intelligible mais aussi argumentée. En même temps, il se heurte au soupçon persistant de défendre une vision obscurantiste du christianisme. Comment expliquer ce paradoxe ? Sans doute par le fait que Benoît XVI n'inclut pas dans sa définition de la raison ce que notre temps y associe le plus souvent, à savoir l'esprit critique. Le discours catholique n'est assurément pas irrationnel au sens où il serait purement émotif ou relèverait d'une adhésion à la seule lettre des Ecritures ou de la tradition. En revanche, au moins dans sa version « ratzingérienne », il est bel et bien affecté d'irrationalité en ce qu'il dénie, d'avance et par principe, toute légitimité à la critique qui le prendrait pour objet. La conscience contemporaine considère généralement qu'une conviction n'est digne d'estime que si elle est librement ratifiée et ne procède pas de la tutelle d'un maître. Elle considère en outre que cette conviction n'est crédible que si elle est capable de soutenir un dialogue loyal avec un interlocuteur qui serait à la fois en désaccord et de bonne volonté. Or l'attitude habituelle du magistère romain contrevient terme à terme à une telle conception de ce qu'est une conviction raisonnable. D'un côté, l'autorité ecclésiastique prétend être seule juge de la vérité. De l'autre, elle ne fait pas du débat un moyen d'authentification de la foi, mais tient celle-ci pour une adhésion sans nuance à un catéchisme défini d'en haut et une fois pour toutes. Cependant, moins que l'indifférence de l'Eglise à l'égard des interpellations extérieures, c'est la manière dont elle s'immunise à l'égard du débat interne qui est frappant. La pensée indépendante ne paraît pas avoir droit de cité à l'intérieur du catholicisme. Plus précisément, il semble y être aujourd'hui impensable de chercher à résoudre les embarras liés au discours du magistère par des discussions qui seraient publiques, pacifiques et constructives. Au nom de l'unité, l'explicitation du dissensus est diabolisée et se voit toujours préférer l'obéissance aveugle. Les catholiques sont priés de taire leurs perplexités et, à moins de plier bagages, de renoncer à tout esprit de libre examen.  

Lire la suite :  http://www.politique-actu.com/actualite/catholicisme-esprit-critique-gilles-marmasse/261416/

Dans un ordre de pensée proche, Daniel à Babylone vous conseille de lire :

Les dix stratégies de manipulation de masses

sur le site de La lettre chrétienne, qui diffuse des idées assez proches des nôtres, mais dont nous ne soutenons pas forcément toutes les interprétations prophétiques, ni la fixation sur les questions de calendrier. Remercions cependant Pascal Didier d'attirer notre attention sur le détournement des temps et des jours fériés (Daniel 7.25) par le pouvoir politico-religieux abominable pointé par les prophéties hébraïques.

Commenter cet article