Le SEIGNEUR aura pitié de Jacob, il choisira encore Israël. Il les installera sur leur terre. Les étrangers se joindront à eux et ils seront rattachés à la maison de Jacob. 2 Des peuples les recevront et les feront entrer dans leur patrie. Sur la terre du SEIGNEUR, la maison d’Israël se les partagera comme serviteurs et comme servantes ; elle fera captifs ceux qui l’ont tenue captive et subjuguera ses oppresseurs. (Ésaïe 14.1-2)

Cette prophétie n'a RIEN à voir avec la création de l'Etat d'Israël en 1948. Voir notre billet : Dieu n'est pas le fondateur de l'Etat d'Israël.

 
3 Le jour où le SEIGNEUR t’aura donné le repos, après ta peine, ton tourment et la dure servitude à laquelle tu as été assujetti, 4 tu entonneras cette chanson sur le roi de Babylone : Comment a-t-il fini, l’oppresseur ? Comment a fini son arrogance ?
5 Le SEIGNEUR a brisé le bâton des méchants, le gourdin des dominateurs, 6 qui frappait les peuples avec fureur, qui frappait sans répit, subjuguant les nations dans sa colère, les persécutant sans ménagement.

Le bâton est un symbole d'autorité et de pouvoir, particulièrement dans la Bible. Derrière la méchanceté humaine, bien réelle, se cachent de pervers inspirateurs dans le monde surnaturel, à l'origine indirecte de bien des maux qui nous affligent.


7 Toute la terre se repose enfin tranquille. On éclate en cris de joie. 8 Même les cyprès se réjouissent à cause de toi et, depuis que tu es étendu, les cèdres du Liban disent : « Il ne montera plus, celui qui venait nous abattre. »

On entrevoit ici l'époque, hélas encore future, ou ceux qui sont à l'origine du mal auront disparu. La Terre est enfin réintégrée dans le reste des univers. Fini l'isolement au coeur de millions d'années lumière inhabités. C'est la fête dans l'univers !!! Voilà de quoi nous redonner de l'espoir.


9 Le séjour des morts s’ébranle pour toi à l’annonce de ta venue. Pour toi, il réveille les trépassés, tous les grands de la terre, il fait lever de leurs trônes tous les rois des nations. 10 Tous, ils se mettent à parler et te disent : « Toi aussi, te voilà désormais sans force, comme nous, tu es devenu semblable à nous. 11 Ta Majesté a dû descendre dans le séjour des morts au son de tes lyres. Sous toi, un matelas de vermine et les vers sont ta couverture. »

Cette grande réunion au sommet entre pouvoirs terrestres humains et pouvoirs angéliques est décrite plus en détail dans l'Apocalypse. Une grande résurrection a lieu après les mille ans. C'est la seconde résurrection, qui débouche sur la seconde mort, l'anénatissement définitif. C'est aussi la troisième et dernière phase du jugement céleste, celle où la sentence finale va être appliquée. Anges rebelles et humains rebelles sont traités avec la même équité.


12 Comment es-tu tombé du ciel, Astre brillant, Fils de l’Aurore ? Comment as-tu été précipité à terre, toi qui réduisais les nations,
13
toi qui disais : « Je monterai dans les cieux, je hausserai mon trône au-dessus des étoiles de Dieu, je siégerai sur la montagne de l’assemblée divine à l’extrême nord, 14 je monterai au sommet des nuages, je serai comme le Très-Haut. »

Astre brillant traduit l'hébreu heylel, qui évoque ici à la fois la louange, l'auto-glorification, et la folie. Le mal est une folie injustifiable. Dieu le montrera et tous le reconnaîtront, y compris les auteurs du mal. Le terme hébreu a été traduit en grec par un terme qui désigne Vénus et en latin par « Lucifer » (porte-lumière). Le porte-lumière de Dieu en est venu progressivement à croire qu'il pouvait devenir lui-même la SOURCE de la lumière. Cette croyance reste répandue aujourd'hui parmi les humains. Notez l'orgueil et le désir de s'élever au-dessus de l'autre, de l'écraser de sa supériorité. Notez la mention explicite de l'assemblée générale de l'univers : cet ange puissant, déjà le chef des «étoiles de Dieu», pense pouvoir accéder à un statut supérieur à celui des créatures. Quelle folie et quelle impossibilité ! Dans la Bible, l'extrême Nord désigne toujours un lieu impressionnant, glorieux, puissant ou menacant (pour la Palestine, coincée entre la mer et des déserts, les conquérants arrivaient presque toujours par le Nord, même s'il venaient aussi de l'Est, comme pour Babylone). Ici l'extrême Nord, il s'agit du trône du Maître des univers.


15 Mais tu as dû descendre dans le séjour des morts au plus profond de la Fosse.

Au plus profond de la mort, c'est-à-dire l'anéantissement sans espoir de retour. Le mal ne reviendra plus jamais, car ce problème aura été réglé «démocratiquement», par la persuasion, par l'amour et non par la force aveugle. Cette dernière solution serait évidemment plus rapide, mais inefficace à long terme, parce que les racines du mal ne seraient pas complètement éradiquées. 


16 Ceux qui te voient fixent sur toi leur regard et te dévisagent attentivement : « Est-ce là cet homme qui faisait trembler la terre et qui faisait s’écrouler les royaumes, 17 qui transformait le monde en désert, rasant les villes et ne rendant pas à leur foyer les prisonniers ? »
18 Tous les rois des nations, sans exception, reposent avec honneur, chacun dans son tombeau. 19 Mais toi, tu as été jeté loin de ton sépulcre comme un exécrable avorton – couvert d’hommes tués, transpercés par l’épée, descendus sur les pierres de la fosse, comme un cadavre piétiné. 20 Tu ne seras pas réuni avec eux dans une sépulture,
car tu as détruit ton pays, car tu as tué ton peuple : la race des méchants ne sera plus jamais nommée.

Malheureux suiveurs du « roi de Babylone » ! Lucifer leur avait fait croire qu'ils pourraient partager sa gloire. En réalité, le satan (l'adversaire, en hébreu) ne voulait que leur malheur, leur honte et leur déshonneur, afin d'en jeter ensuite le blâme sur Yahveh, leur Créateur. Quel pervers ! Lui seul compte en réalité à ses propres yeux. Il est l'inventeur de l'égoïsme. C'est une « pathologie » lourde ! Mais le Keroub rebelle sera finalement réduit en cendres (voir Ézéchiel 28). Autant ne pas le suivre. Lâchons-le dès maintenant !!


21 Préparez le massacre des fils pour les crimes de leurs pères de peur qu’ils ne se lèvent et ne s’emparent de la terre, qu’ils ne couvrent de villes la face du monde.

Babylone est l'archétype de la ville qui se dresse contre Dieu, comme l'antique tour de Babel. La ville qui centralise, unifie et uniformise, au détriment de la liberté individuelle, tout en exaltant, paradoxalement, un certain individualisme trompeur. La ville qui tue. La ville totale et totalitaire. L'antithèse de Jérusalem. C'est ce que notre planète est en train de devenir actuellement. Comme il l'a fait autrefois, Yahveh-Dieu va arrêter ce projet auto-destructeur, mais de façon radicale et définitive cette fois, et non plus exemplaire seulement. C'est une excellente nouvelle ! Cette destruction est décrite dans l'Apocalypse de Jean, au chpaitre 18. Quand au massacre annoncé par Ésaïe, il est mentionné, avec sobriété, dans Apocalypse 20.


22 Je me dresserai contre eux – oracle du SEIGNEUR, le tout-puissant, de Babylone je supprimerai le nom et la trace, la descendance et la postérité – oracle du SEIGNEUR. 23 J’en ferai un marécage, le domaine du hérisson, je balaierai Babylone avec un balai qui fait tout disparaître –oracle du SEIGNEUR, le tout-puissant.

24 Le SEIGNEUR, le tout-puissant, a fait ce serment : « Ce que j’ai résolu arrivera, ce que j’ai décidé s’accomplira. »

Yahveh aura le dernier mot dans le conflit avec le mal. Yahveh réussira son projet de paix et de bonheur, malgré le mal. Yahveh gagnera son pari. Qui veut gagner avec lui ??