Daniel : une lumière à Babylone

Dieu n'est pas sioniste

6 Octobre 2010 , Rédigé par daniel-lumiere-a-babylone.over-blog.com Publié dans #Prophéties

Lettre ouverte à Beth Yeshoua et aux mouvements messianiques sionistes.

 

Madame, Mademoiselle, Monsieur,

 

Après un examen attentif de votre site (http://www.bethyeshoua.org), et d’autres, je crois de mon devoir de vous avertir de la dangereuse dérive politico-religieuse qui vous guette, malgré toute votre bonne volonté et votre foi, sincère mais mal fondée. J’ai apprécié sur votre site votre enthousiasme pour Dieu et ses commandements ainsi que pour son messie, Jésus, celui dont la Torah, les prophètes et les Psaumes ont parlé. J’ai moins apprécié le côté sioniste qui trahit une grave méprise au sujet des prophéties bibliques et une emprise « chrétienne » malsaine.

 

Vous l’avouez vous-mêmes, il ne sert de rien de chercher des appuis politiques pour réaliser la volonté divine : « Il est vrai qu'en cherchant à devenir une nation comme les autres, malgré tous ses efforts et ses mérites Israël ne parvint jamais à gagner l'estime de l'humanité. » Au passage, je voudrais bien savoir de quels « mérites » vous parlez. Ce type de langage trahirait-il un influence catholique occulte ? Moïse, dans les Devarim, constate que vous êtes « un peuple à la nuque raide » et le peuple le plus insignifiant de la Terre ! Ce n’est donc pas à cause de vos mérites que Dieu vous a choisis. La vocation du peuple d’Israël est, comme vous le dites, d’être « témoin de la souveraineté [et de la sainteté ! et de la BONTÉ !] de Dieu pour tous les peuples de la terre. » (les propos entre crochets sont les miens) Cette mission de témoin de Dieu n’est PAS d’essence politique.

 

Vous allez pourtant jusqu’à affirmer : « La Bible nous parle d'un État [sic !!!] Prophétique exemplaire, se conformant tant bien que mal à la volonté de Dieu. » Je ne comprends pas : si ce peuple « exemplaire » existe (et il existera !), il ne peut se contenter de se conformer « tant bien que mal » aux attentes divines. Dieu voulait un peuple qui le représente parfaitement et il l’a dit clairement. Cependant vous ajoutez, de façon fort peu convaincante : « Par la force des Alliances prophétiques [!?!], de l'Histoire [! que vient faire la doctrine de Karl Marx ici ?? jésuitisme ?] et par la brutalité des événements [brutaux mais savamment planifiés, et ce depuis le début du XXe siècle], seul Israël remplis (partiellement) cette condition. » Vous êtes là en pleine confusion entre le politique et le religieux, ce qui porte la marque du Vatican et de ses jésuites, je vous en avertis. Et vous concluez : « Mais son [celui d’Israël] manque de vision actuelle est crucial. La Bible dit : faute de vision, mon peuple péri. »

 

Certes, faute de vision le peuple périt, mais vous avez vous aussi besoin d’élargir votre vision. Votre vision est brouillée par un phénomène purement politique, la création de l’État d’Israël avec le soutien des États-Unis, comme conséquence prévue de la Shoah (et non malgré la Shoah). Votre vision est aussi rétrécie par l’ignorance de la solennité du temps dans lequel nous vivons, le temps du Kippour céleste, temps où la destruction de ce monde est imminente. Vous êtes trop focalisé sur votre identité juive et ne voyez plus le plan de Dieu pour toute l’humanité, à savoir mettre fin au mal, à la souffrance et à la mort et non construire une société « idéale ». Votre adversaire, le Vatican, en profite. Certes vous n’êtes pas coupables de cette ignorance, pas encore. Mais cette ignorance du Kippour céleste vous place, au côté de la puissance adverse décrite dans les prophéties de Daniel, dans une position où vous risquez de confondre le royaume de Dieu avec des réalisations politiques purement humaines et donc conduites par Satan.

 

Vous avez besoin de replacer le plan de Dieu pour Israël dans un contexte plus large, celui du grand conflit entre Mikaël (Jésus) et l’ange déchu, ou Satan. Ce conflit était déjà signalé par la présence du terme hoshekh en Genèse 1.2. Or le dénouement de ce conflit approche. Ce conflit contient des éléments occultes (comme l’indique d’ailleurs le terme hoshekh). Il contient des données qui risquent de vous échapper, à moins que vous acceptiez les lumières supplémentaires que Dieu a envoyé pour les croyants des temps de la fin, ces temps particuliers dont l’ange Gabriel a parlé au prophète Daniel. Comme disait Jésus à ce sujet : « Que celui qui lit fasse attention ! » Sinon le dénouement de ce conflit risque de vous laisser sur le carreau, comme beaucoup d’autres croyants, toutes religions confondues.

 

Vous dites : « Dans notre temps de refonte géopolitique tourmentée, elles se raréfient les voix chrétiennes qui s'élèvent pour soutenir le peuple juif de sa mise au pilori de l'opinion publique mondiale. » Et là, vous avez tout faux, car c’est exactement l’inverse qui se passe, surtout dans le monde chrétien, notamment évangélique. Jamais le monde « chrétien » n’a autant fait la cour aux juifs. Jamais les juifs n’ont été autant en position de force sur le plan politico-religieux et ce malgré (oserais-je dire grâce à ??) la Shoah. Ce n’est pas un miracle : cela a été calculé, politiquement, sataniquement. On s’efforce de présenter, comme jamais, Israël comme un persécuté, rejeté de tous, pour mieux masquer quel formidable outil de pouvoir et de domination mondiale on veut en faire, secrètement. On nous trompe, on nous manipule. Certes, Jérusalem reste « une pierre pesante pour les nations », conformément aux prophéties, mais Jérusalem reste aussi un enjeu politique de taille pour qui veut obtenir la suprématie à la fois sur les chrétiens, les juifs et les musulmans et, partant de là, sur toute la population du globe. Et cela doit avoir lieu AVANT les mille ans de l’Apocalypse, ne vous y trompez pas. Mais un RESTE, composé de gens de toutes origines, résistera, pacifiquement, à cette oppression totalitaire, babelique. Ces résistants, qui viendront de tous bords, ne pourront plus ni acheter ni vendre (Apocalypse 13), mais Dieu sera fier d’eux. Le monde entier voudra les anéantir, y compris et surtout les « croyants », mais Dieu ne les laissera pas faire. IL REVIENDRA.

 

Faites attention : l’argument de l’antisémitisme ne permet pas de tout justifier. L’antisémitisme est une réalité. Pour autant, il ne donne pas un caractère sacré ni un mission divine à tout ce que peuvent faire les juifs d’aujourd’hui, qui ne sont que le résidu de la tribu de Juda et non l’ensemble du peuple d’Israël. Permettez-moi juste un exemple tiré de l’actualité récente : une mosquée a été incendiée, lundi 4 octobre, dans le village de Beit Fajjar, en Cisjordanie. Des inscriptions insultantes avaient été tracées auparavant, en hébreu, sur le bâtiment (source : Direct Matin). Voilà à quoi le Nouvel Ordre mondial conduit par Satan veut vous utiliser. Il encourage secrètement le sionisme, en vous montant les uns contre les autres, et particulièrement contre vos frères musulmans, égarés par un faux prophète. Vous lui servez d’hommes de mains pour l’aider à se débarrasser, sans trop se salir les mains, du dernier obstacle politique sérieux à sa suprématie mondiale : les musulmans intègres, définitivement rebelles à la domination culturelle états-unienne. Voilà pourquoi on vous pousse à croire à un fausse interprétation des prophéties relative à la restauration d’Israël. Voilà pourquoi on exacerbe votre nationalisme : pour débarrasser la Palestine de la « racaille » qui dérange ces messieurs. En croyant que la restauration de l’état d’Israël accomplit les prophéties bibliques concernant la restauration de l’humanité, vous devenez automatiquement des pions sur cet échiquier diabolique. Je dénonce ce détournement jésuitique du texte biblique.

 

Prenez garde à ne pas accomplir, de façon inattendue, cette prophétie de Daniel : « En ce temps-là, beaucoup s'élèveront contre le roi du sud, et des hommes violents parmi ton peuple se soulèveront pour accomplir la vision, mais ils trébucheront. » (11.14) Daniel ajoute d’ailleurs plus bas : « Quelques-uns parmi les clairvoyants trébucheront afin d'être épurés, purifiés et blanchis, jusqu'au temps de la fin, car elle n'arrivera qu'au temps fixé. » (11.35)

 

Sachez que, dès la fin du XVIIIe siècle, un mouvement de retour aux prophéties bibliques a pointé, et s’est épanoui temporairement au XIXe siècle dans le mouvement prophétique interconfessionnel adventiste. Ce mouvement prophétique, dont nous attendons la renaissance pour bientôt, a bien mis en évidence que les temps de la fin commencent à la fin du XVIIIe siècle, à la fin des 1260 ans de l’Apocalypse, cette période que Daniel désigne par l’expression araméenne « un temps, des temps [duel] et la moitié d’un temps ». Depuis la fin du XVIIIe siècle nous sommes dans les temps de la FIN du monde et non dans les temps de la reconstruction d’une nouvelle cité de Dieu à la Saint-Augustin. Satan le sait et c’est pourquoi il concentre tous ses efforts autour de la Palestine. On vous trompe.

 

Un royaume de Dieu sur terre, une nouvelle Cité de Dieu, c’est cela que vous voudriez faire de Jérusalem ?? Sachez que Dieu ne vous suit pas sur ce sentier glissant. Jésus non plus d’ailleurs. Les chrétiens évangéliques citent volontiers Jésus quand il dit : « Jérusalem sera foulée aux pieds par les nations, jusqu'à ce que les temps des nations soient accomplis. » (Luc 21.24) Mais ils omettent de parler des versets suivants. En effet, que se passe-t-il ensuite, quand le temps des nations est accompli ?: « Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles [des signes avant-coureurs des ces phénomènes ont été observés dès la fin du XVIIIe siècle, notamment au États-Unis], et, sur la terre, une angoisse des nations qui ne sauront que faire au bruit de la mer et des flots [c’est-à-dire des populations dans l’imagerie hébraïque] ; les humains rendront l'âme de terreur dans l'attente de ce qui surviendra pour la terre habitée, car les puissances des cieux seront ébranlées. Alors on verra le Fils de l'homme venant sur une nuée avec beaucoup de puissance et de gloire. » (Luc 21.25-27) Voilà la fin du temps des nation : c’est la fin de ce monde et sa destruction subite, Jérusalem comprise, pas la restauration de la Jérusalem actuelle. « Les humains rendront l’âme de terreur », prévient Jésus : rien à voir avec une joyeuse célébration œcuménique à Jérusalem, au pied de l’Antéchrist ! Plus les chrétiens se focalisent sur Jérusalem, et sur les célébrations ridicules qui s’y tiennent, plus ils préparent la venue du faux christ, Satan. Ces célébrations sont organisées par des mouvements évangéliques dispensationnalistes pro-sionistes, appliquant sans le savoir les directives liturgiques du Concile de Vatican II.

 

Ainsi, selon Jésus, le temps des nations ne prend fin qu’au retour en gloire de Jésus et à la fin de ce monde, à la fin des civilisations humaines. Le temps des nations c’est celui des successeurs de l’empire romain, celui des orteils de la statue de Daniel 2. Jésus fait évidemment là allusion aux prophéties de Daniel, comme dans le texte parallèle de Matthieu 24.15, où il nomme explicitement Daniel. Et c’est moi, un non-juif, qui doit vous le rappeler !

 

Du coup, l’avertissement de Jésus concernant la destruction de Jérusalem par les Romains en l’an 70, trouvé quelques versets plus haut dans le texte de Luc, risque fort de s’appliquer aussi à notre époque : « Lorsque vous verrez Jérusalem investie par des armées, sachez alors que sa dévastation s'est approchée. Alors, que ceux qui seront en Judée fuient dans les montagnes, que ceux qui seront au milieu de Jérusalem s'en retirent, et que ceux qui seront dans les campagnes n'entrent pas dans la ville. » (Luc 20.20-21) Aujourd’hui les « armées » du monde entier investissent spirituellement et politiquement Jérusalem. Satan nous dit : « Tous à Jérusalem ! » Normal, c’est là qu’il compte apparaître et se faire passer pour le Christ. Mais Jésus nous dit : « N’entrez pas dans la ville ! » « Sortez de Babylone, vous mon peuple ! » (Apocalypse 18, message du quatrième ange). Car, dans la nouvelle Jérusalem, il n’entrera « rien de souillé ni d’impur » (Apocalypse 21.27), ce qui ne risque pas d’être le cas de la Jérusalem actuelle. Convenez-en.

 

Aujourd’hui, dans une perspective prophétique, toute personne qui a la foi d’Abraham fait partie du peuple d’Israël. Il est vrai que les chrétiens, assoiffés de pouvoir politique, ont largement sous-estimé le fait qu’ils n’étaient qu’une greffe sur l’olivier israélite. Il est donc nécessaire de rappeler que ceux qui ont la foi d’Abraham sont ceux qui croient vraiment aux promesses de Dieu et DONC qui gardent les commandements de Dieu (y compris le shabbat) et la foi de Jésus (la foi qui donne les forces nécessaires pour observer les commandements dans l’esprit que Dieu veut). Voilà l’authentique salut par la foi, dont le shabbat est le signe et le sceau, le sceau de la sanctification : Exode 31.13. Ce shabbat que YAHVEH veut écrire dans notre cœur, avec les autres commandements ! (Jérémie 31.31-33). Très très peu de protestants connaissent ce salut par la foi là… Mettre en pratique ce salut-là, celui que seul Le Fils de l’homme peut apporter, vous préservera de la redoutable tentation du pouvoir politique.

 

Relisez attentivement les prophéties de Daniel et de l’Apocalypse (et les autres), vous constaterez comme moi que l’association du pouvoir politique avec le religieux est la marque de Satan, la caractéristique majeure des pouvoirs qui s’opposent à l’autorité du Créateur. Voyez aussi comment Dieu réagit quand les Israélites lui demandent un roi. Voyez l’État spirituel et religieux du peuple hébreu au temps des rois d’Israël, à quelques exceptions près. Considérez enfin la foi de votre père Abraham : A-t-il conquis le pays qui lui était promis ? Non, seulement ses lointains descendants l’ont fait, partiellement, et après 400 ans d’esclavage. Aujourd’hui, ceux qui ont la foi d’Abraham, la foi de Jésus, attendent le pays promis SANS LE VOIR, comme Abraham. Certes ils croient aux promesses de Dieu de restauration, mais ils comptent sur Dieu lui-même et non sur les États-Unis et ses lobbies « juifs » pour les réaliser ! Voilà les vrais israélites fidèles à la foi d’Abraham d’aujourd’hui.

 

Non, vraiment, l’État d’Israël n’accomplira pas les prophéties de la restauration d’Israël. Seul le royaume de Dieu, d’origine 100 % céleste, le fera. Il faut que nous soyons transformés d’abord, spirituellement d’abord, physiquement ensuite. Il faut que le messie revienne et ressuscite les morts qui sont restés fidèles à Dieu (chacun à son niveau). Alors ceux qui auront préféré l’illusion satanique et papale d’un royaume de Dieu sur terre (avec ou sans État hébreu d’ailleurs) rendront l’âme de terreur, comme Jésus l’a annoncé dans les évangiles. Donc, chers frères juifs messianiques, ouvrez un peu les yeux, et ne vous laissez pas draguer par des chrétiens dispensationnalistes et sous emprise vaticane !

 

L’État hébreu n’est pas le royaume de Dieu, mais celui du pape (du moins c’est qu’il espère). Ce n’est pas là que le messie se montrera. Quand Jésus reviendra, tout œil le verra, sur TOUTE la planète, pas à Jérusalem ni sur vos écrans de télévision. Satan n’a pas la puissance d’en faire autant. En revanche, mettez-vous à sa place, si vous vouliez contrefaire l’apparition du messie, où le feriez-vous, à Rome ou à Jérusalem ? Où auriez-vous le plus de chance d’être pris pour le vrai messie ? C’est à Jérusalem que Satan et ses alliés humains vous donnent rendez-vous. Ne les suivez pas.

 

Pour un tableau de la restauration d’Israël vraiment cohérent avec l’ENSEMBLE des prophéties bibliques et pour une JUSTE compréhension des prophéties de Daniel et de l’Apocalypse, je vous conseille vivement de vous référer aux recherches bibliques effectuées au XIXe siècle au sein du mouvement interconfessionnel dit adventiste. Ce mouvement, indépendant de tout évangélisme dispensationnaliste, a notamment restauré l’observation du shabbat en milieu chrétien, ce que les évangéliques n’auraient jamais fait, le « sabbat » étant pour eux une marque de judaïsme, perçue avec une connotation méprisante, pour ne pas dire antisémite. Et c’est sur leur compréhension des prophéties que vous vous appuyez ! (sans vous en rendre compte, certes)

 

Le mouvement adventiste, lui, a été une manifestation singulière de l’Esprit de Dieu pour la fin des temps. Le mouvement adventiste a été suscité par Dieu, dans les années 1840, notamment pour nous avertir de la tenue du Kippour céleste, qui constitue la première phase du jugement, la « ni-tsedakah » du sanctuaire céleste, commencée en 1844 déjà (voir Daniel 8.14, et pardonnez mon mauvais hébreu !). C’est à ce jugement que Daniel assiste dans le chapitre 7 de son livre. Lors de ce jugement, la puissance condamnée par l’assemblée céleste est de nature politico-religieuse. C’est bien pourquoi elle veut prendre la place de Dieu. Ne l’imitez pas ! Seul l’Esprit de Dieu a pu conduire les adventistes à découvrir le sens des prophéties de Daniel, dont aucune traduction n’est fiable, pas même la traduction rabbinique, qui reste fixée sur l’épisode d’Antiochus Epiphane, pourtant un roitelet insignifiant par rapport aux puissants empereurs romains ! Une étude attentive du texte hébreu de Daniel 8 vous en dira plus long que toutes les traductions et tous les commentaires.

 

L’existence même du mouvement adventiste au XIXe siècle atteste de la réalité du jugement ou kippour céleste et donc de l’imminence du retour en gloire de Jésus, retour dont l’éclat anéantira beaucoup de gens qui se disent chrétiens aujourd’hui, hélas. Une femme, Ellen White, qui a participé à ce mouvement adventiste, a reçu des visions divines où Dieu lui a montré un VRAI tableau des événements derniers. Rien à voir avec les utopies populaires actuelles autour de l’État hébreu que nous proposent les jésuites et d’autres agents du Vatican et de Satan. Aujourd’hui vous avez encore le privilège de pouvoir lire ces révélations, entièrement compatibles avec la Bible hébraïque (mais pas toujours avec les interprétations populaires évangéliques, ni avec la vision sioniste, ni avec des lectures kabbalistiques ou numérologiques de la Bible comme celles que je vois pointer sur votre site ! Honte à vous ! Car ce n’est pas là une saine lecture de la Torah). Rendez-vous donc d’urgence sur http://egwwritings.eu/ Je vous suggère de commencer par L’Histoire de la Rédemption. (utilisez le navigateur Firefox).

 

Je vous conseille vivement d’ouvrir les yeux, et vite, avant que les jésuites, particulièrement nombreux et puissants en Belgique, contrôlent totalement tout le mouvement messianique, si ce n’est déjà fait ! S’il y a UN endroit que l’Antéchrist choisira pour se manifester, c’est bien à Jérusalem. Il serait bien bête de se montrer à Rome : beaucoup auraient des soupçons ! Et tout cela doit se passer AVANT le millénium. Ne prenez donc pas pour argent comptant les interprétations chrétiennes évangéliques de l’Apocalypse : elles ne valent guère mieux que celles des Témoins de Jéhovah !

 

Finalement, une fois les pièges de Satan bien décodés, à la lumière des Saints Écrits, sionisme et antisémitisme combattent dans le même sens ! Comprenez en effet que Satan (et ses complices humains) ont programmé la Shoah afin de pouvoir mieux justifier la création de l’État hébreu, avec l’appui des États-Unis (une des bêtes de l’Apocalypse) et le soutien occulte du Vatican (autre bête de l’Apocalypse). Il s’agissait à la fois de réguler le nombre de juifs dans le monde, devenus trop nombreux et trop puissants pour que le mouvement sioniste soit contrôlable par le Nouvel Ordre mondial, et de porter à son paroxysme le sentiment de persécution qu’éprouve légitimement le reste du peuple juif. Tout cela dans un but manipulateur. Le sionisme a trouvé dans la Shoah un appui insoupçonnable et une motivation décuplée. La rage qui s’est abattue sur les juifs en Europe au XXe siècle se reporte aujourd’hui sur les Palestiniens. Les persécutés risquent de devenir à leur tour des persécuteurs. A qui le crime profite-t-il ? A celui qui cherche à établir son trône à Jérusalem, depuis des siècles, voire des millénaires, afin de contrôler le Moyen-Orient et donc le monde. C’est que nous décrivent les prophéties de Daniel 2, 7 et 11. Certes les peuples musulmans représentent un dernier obstacle de taille à ce projet totalitaire… L’État Hébreu ne serait-il qu’une nouvelle forme de Croisade ? A Dieu ne plaise ! Les prophéties relatives à la restauration d’Israël ont donc forcément un sens plus universel et plus divin. Merci pour elles !

 

Le but de Dieu, en choisissant le peuple hébreu, n’était pas de faire d’Israël le centre d’un Nouvel ordre mondial. Dieu s’est révélé au monde, dans un peuple, à la fois pour tenir sa promesse à Abraham et pour témoigner de ce que l’humanité peut redevenir, par sa grâce et par son Esprit. C’est un tel peuple que Dieu cherche encore aujourd’hui à former, indépendamment de tout emprise politico-religieuse. Clairement le but de Dieu, dans les prophéties, est de mettre fin au mal et à la souffrance le plus vite possible, donc de mettre fin à ce monde, État d’Israël compris, désolé. Le but de Dieu est de recréer, à la fin des mille ans (pendant lesquels se tiendra la deuxième phase du jugement céleste) de nouveaux cieux et une nouvelle terre où la Justice habitera. La Tsedakah ne peut vraiment habiter dans aucun État du monde actuel. L’histoire d’Israël le démontre. L’état actuel de la jeunesse israélienne qui fuit la réalité dans les boîtes de nuit de Tel Aviv en témoigne douloureusement. Sans parler du reste.

 

Rien que de la politique, donc, dans toute l’agitation religieuse autour de l’État d’Israël : aucun accomplissement réel des prophéties, aucune action de Dieu. Rien que des séductions de Satan. Et c’est cela que vous appelez la restauration d’Israël ? Mais c’est seulement un royaume de Dieu sur terre dans l’esprit catholique romain ! A Dieu ne plaise ! Refusons de croire en ce royaume-là, car c’est celui du diable, assurément ! Le Royaume de Dieu viendra du Ciel et ce monde doit être détruit au préalable dans le lac de feu (la géhenne). Même les musulmans en sont informés, je vous le signale. Très mal certes.

 

La restauration d’Israël, c’est la restauration de tous ceux qui luttent avec Dieu, comme Jacob autrefois près du torrent de Yabboq. C’est la restauration de ceux qui luttent pour surmonter le mensonge qui les habite (eqeb, le talon de Jacob). Ce mensonge nous habite tous, dans notre inconscient, depuis que le serpent de l’Eden a introduit la croyance en l’immortalité naturelle de l’âme dans l’esprit du premier couple humain. L’Israël restauré des prophéties sera constitué de ceux qui luttent pour laisser l’Esprit divin former l’image parfaite du caractère du Messie en eux. C’est tout le contraire de la restauration d’un État politique hébreu, quel qu’il soit.

 

Ne formez donc pas votre propre image, judaïsée, de cette puissance politico-religieuse décrite dans les prophéties et condamnée d’avance par le jugement céleste (voir Daniel 7) ! Soyez DIFFÉRENTS. Reconnaissez que l’État hébreu est avant tout un phénomène politique : c’est du bon sens. Ne vous laissez pas aveugler par des interprétations trop littérales des prophéties. Cela est contraire à leur nature et à leur style littéraire même. Ce serait méconnaître la pensée hébraïque. Un comble, pour vous les juifs, résidu du peuple hébreu, vous que le messie considère toujours avec bienveillance, comme il le fait pour tous les autres humains du reste, en tant qu’individus, s’entend, pas en tant que nations. Alors, par pitié, tenez-vous loin des magouilles politiciennes qui infectent la religion d’Abraham !

 

Soyez de vrais juifs, fidèles aux commandements de Dieu et à la foi de Jésus, qui craignent Dieu et se gardent du mal qui ronge notre monde, car l’heure du jugement de Dieu est venue, depuis 1844, selon les visions de Daniel. Adorez donc celui qui a créé la terre, la mer et tout ce qui s’y trouve : le Dieu du shabbat. Le shabbat et sa bénédiction existent, que vous le gardiez ou non. Dieu est fidèle : il vous restaurera, complètement, mais sur la nouvelle Terre, pas dans le monde actuel.

 

Nous, les nations greffées sur vous, nous devons suivre exactement le même chemin que vous. Il n’y a qu’un seul chemin vers le Créateur, vers le Père, vers le Dieu du shabbat : c’est Jésus, vous le savez bien. Alors arrêtez vos acrobaties intellectuelles jésuitiques pour essayez de faire passer l’idée que les chrétiens sont moins soumis à l’obligation du repos du shabbat que les juifs ! Ou que le sens du shabbat serait plus important que sa concrétisation hebdomadaire. Quelle fourberie jésuitique ! A propos des temps de la fin Jésus déclare en effet : « Priez pour que votre fuite n'arrive pas en hiver, ni un jour de shabbat. Car alors il y aura une grande détresse, telle qu'il n'y en a pas eu depuis le commencement du monde jusqu'à maintenant, et qu'il n'y en aura jamais plus. (Matthieu 24.20-21) Pourquoi Jésus aurait-il précisé « ni un jour de shabbat », si c’était l’observation spirituelle ou symbolique du shabbat qui comptait plus que l’observation réelle ?? Cette théologie est en désaccord flagrant avec la Torah, vous ne pourrez me contredire sur ce point, sinon vous n’êtes pas des juifs, mais des chrétiens déguisés en juifs. Ou bien la fin des temps ne concernerait-elle que les juifs ?? Ce serait absurde, mais certains évangéliques, totalement égarés par les agents du Vatican, semblent aller dans ce sens !!!

 

Le shabbat est le SIGNE par lequel YAHVEH nous sanctifie, c’est pourquoi le shabbat est le signe et le sceau de la justification par la foi, c’est pourquoi aussi Jésus a achevé le travail rédempteur un vendredi soir. Création et Rédemption : même optique, même Dieu, mêmes conditions de salut. Cela les protestants avec lesquels vous flirtez (ou qui vous subventionnent secrètement, je l’ignore) ne le savent pas ou ne veulent plus en entendre parler : en conséquence l’Esprit de Dieu les a quittés (sur le plan collectif j’entends). Ce serait peut-être à vous d’ailleurs de leur expliquer ces choses et pas à moi, un simple hébraïsant amateur. Alors réveillez-vous un peu !!!

 

Aujourd’hui, dans un monde dominé par le Nouvel ordre mondial, Dieu espère que beaucoup de gens, juifs, chrétiens, musulmans et autres, témoignent en Sa faveur. Comment ? Dieu attend que ces gens montrent très concrètement leur attachement à son autorité de Créateur, notamment en observant scrupuleusement le shabbat, dans le bon esprit certes, vous le soulignez avec justesse. Dieu compte ainsi que notre témoignage terrestre soit retransmis devant la Cour céleste par notre Souverain sacrificateur, par celui qui aimait tant s’appeler le Fils de l’homme, par celui qui nous aime, au delà des traditions religieuses. Alors Dieu sera pleinement justifié, aux yeux de toute l’Assemblée céleste et la fin pourra enfin venir, la fin et non le nouvel âge du nouvel ordre mondial. Car le reste du monde, sous l’emprise de Satan et de ses acolytes religieux, ne SUPPORTERA PAS un tel témoignage en faveur du Créateur. Ne les croyez pas, ne les écoutez pas, car leur fin est arrêtée. Lisez Jérémie 4.23-25, Ésaïe 34.2-3 et 40.13, vous saurez quel sera le sort macabre du nouvel ordre mondial centralisé à Jérusalem pendant les mille ans : que des cadavres, pas un seul humain restant en vie ! Ne comptez donc que sur la Jérusalem céleste. Celle-là descendra du ciel d’auprès de Dieu à la fin des mille ans. C’est de cette Jérusalem-là, et d’aucune autre, qu’il nous faut nous soucier.

 

à bethyeshoua.be

Copie pour info à : juifspourjesus.org — bibliquest.org

Commenter cet article

janic 10/05/2011 08:30


Actuellement j'ai terminé de recenser la totalité des passages néo-testamentaires utilisant l'expression traduite par premier jour de la semaine avec toutes ses variantes (ce qui d'ores et déjà
semble suffisant pour confirmer la validité du travail de plusieurs siècles de traductions de la Bible, soi dit en passant…) et l'étude du champ lexicographique de mia, eis, en, ce qui déjà m'a
coûté quelques heures de travail !
Confirmé? On ne doit pas utiliser le même grec!


daniel-lumiere-a-babylone.over-blog.com 10/05/2011 16:39



Remarquez, je confesse que j'en fais trop une affaire personnelle. Si vous voulez seulement ma traduction, cela pourrait être vite faitn en effet : après avoir examiné les différents passages
concernés, et d'autres, je me range sans hésiter du côté des traducteurs : mia tou sabbatou ou mia tôn sabbaton avec préposition ou non, de toute façon pour moi, c'est bien le premier jour de la
semaine qui est désigné, les différents contextes le confirment. Mais je vous connais, je sais que vous ne vous contentez pas de quelques affirmations, alors je vais, tout en simplifiant beaucoup
pour arrêter de me perdre dans les détails, essayer d'argumenter un tout petit peu quand même pour soutenir cette traduction séculaire, non pour vous faire changer d'avis, cela je me doute que
c'est hors de ma portée, mais juste et un peu stupidement par amour-propre ! Patience donc…



janic 23/04/2011 13:14


Je me languis toujours dans l'attente de cette traduction. ça ne prend pas plus de 10 minutes!


daniel-lumiere-a-babylone.over-blog.com 09/05/2011 10:41



Et bien détrompez-vous, une étude exégétique, surtout aussi peu motivante que celle-là, cela prend beaucoup de temps. Actuellement j'ai terminé de recenser la totalité des passages
néo-testamentaires utilisant l'expression traduite par premier jour de la semaine avec toutes ses variantes (ce qui d'ores et déjà semble suffisant pour confirmer la validité du travail de
plusieurs siècles de traductions de la Bible, soi dit en passant…) et l'étude du champ lexicographique de mia, eis, en, ce qui déjà m'a coûté quelques heures de travail ! A présent je dois
m'attaquer à sabbatôn, ce qui devrait être malgré tout plus facile pour moi. Ensuite nous pourrons gloser à loisir sur les différents sens du singulier, du pluriel, génitif, du datif, etc. Donc
encore quelque mois de patience et nous devrions pouvoir rendre quelques conclusions d'analyse ! Inutile de vous dire que j'ai sous le coude des projets autrement plus prioritaires !! En
attendant, je vous invite à (re)découvrir les bienfaits spirituels des prophéties messianiques au travers de notre nouvelle rubrique intitulé Le Messie. Bonne études.



janic 03/02/2011 18:15


Bouhhh, je suis un horrible jésuite manipulateur. On ne me l’avait pas encore fait celle-la.
Pour les tableaux, je me fiche complètement que cela soit fait par des cathos ou la petite souris ou encore le père noël. Donc : Ou astronomiquement ces tableaux sont valables ou ils ne le sont pas
et dans ce cas là : où en trouver de plus fiables, je suis preneur ?
Ensuite ce n’est pas moi qui ai écrit la tragédie des siècles dont les passages cités insistent (lourdement) sur l’exactitude des dates avancées. Ensuite, je le répète quel que soit le sens
spirituel des prophéties de Daniel : ou bien elles sont exactes historiquement ou elles ne le sont pas. Ce n’est tout de même pas difficile.
« JE VOUS METS AU DÉFI DE NOUS FOURNIR TROIS TEXTES CENSÉS PROUVER DE FAÇON INDUBITABLE QUE JÉSUS N’EST PAS MORT UN VENDREDI. »
D’accord, JE VOUS METS (aussi) AU DÉFI DE NOUS FOURNIR TROIS TEXTES CENSÉS PROUVER DE FAÇON INDUBITABLE QUE JÉSUS EST MORT UN VENDREDI.
« Parce que moi aussi, figurez-vous, je déchiffre le grec ancien. Nous les analyserons ici-même, sur ce blog, devant vous. Et nous allons bien voir !!! »
Voilà, c’est par là qu’il fallait commencer.


Daniel de Babylone 03/02/2011 16:19


«Le calcul de la Pâque est fait par le judaïsme» : c’est à dire par une autorité opposée à l’identification de Jésus de Nazareth avec le messie annoncée par les prophéties : un source très fiable,
en effet, sur ce sujet !!! Et vous appelez cela une source fiable ! Pas étonnant qu’ils ne vous répondent pas : on les assez trucidé pour cela. Il faut arrêter maintenant de leur faire porter la
culpabilité collective de toute l’humanité. C’est profondément injuste et horrible. Là au moins j’espère que vous êtes d’accord avec moi.
«Le tableau que j’ai utilisé, dites-vous, est celui de Astronomische beitrage zur genäherten Bestimmung des Geburts und Todesjahres Jesu, in Bengets Archiv cité dans son livre par le RP Didon». Le
document et l’auteur (catholique !!) que vous citez semblent anciens et d’une fiabilité très douteuse. Pour infos, aux internautes qui nous liront, le Père Didon est un prédicateur catholique du
XIXe siècle et un auteur à succès d’une «Vie de Jésus-Christ», chaudement soutenu par le pape Léon XIII, dont la phrase célèbre «Nous occupons sur cette terre la place du Dieu Tout-Puissant»
continue de faire jaser sur le Net aujourd’hui. Dominicain, donc naturellement rival des jésuites, le père Didon a rencontré l’opposition des jésuites par rapport à ses vues pédagogiques seulement
et au vu de son succès. Malgré ses qualités humanistes et intellectuelles, il n’est qu’un rouage d’un machine qui le dépasse et qui amène, petit à petit, le Vatican au pouvoir absolu. Sa biographie
du Christ, contrairement à celle d’Ellen White, n’est pas inspirée, en dépit de ses qualités littéraires.
La critique féroce que le pape Léon XIII a fait des francs-maçons, pour des raisons politiques évidentes, comme ses prédécesseurs d’ailleurs, ne doit pas nous faire oublier sa vision surnaturelle
de 1884 où il voit Satan en enfer menacer de détruire l’Église ! Ce qui va dans le même sens que le message de Notre Dame de Fatima. Alors, farce spirite ou vision résultant de son addiction à un
mélange d’alcool et de cocaïne ? A mon avis, les deux à la fois : Satan nous met en garde contre ses propres agissements, pour mieux nous entortiller. Comble de la perversité.
N’oublions pas non plus que le pape Léon XIII a été élevé au collège des jésuites et que son frère deviendra jésuite : belle référence… Ce qui explique entre autre les avancées que lui doit
l’Église catholique romaine dans le domaine de l’exégèse biblique. Rien d’étonnant à cela à une époque ou la Contre-réforme a réussi à détruire de l’intérieur ce qu’il restait du protestantisme,
notamment au moyen de la haute-critique et des mouvement sectaires, contre lesquels elle nous met en garde aujourd’hui… Le Vatican pouvait maintenant reprendre la main sur l’autorité exégétique et
donc sur la Bible, grâce aux jésuites champions en la matière. Satan avait bien travaillé.
D’ailleurs quand vous notez, avec un nuance de mépris semble-t-il, que «PJ Schaumberger dans Verbum Domini XIII a fait les mêmes calculs en se référant bien sûr à l’année 30 ou la Pâque juive
tombait un vendredi 7 avril», suppose-t-on, que lui reprochez-vous ? Il ne fait, comme vous, que se fonder sur les seules informations extra-bibliques disponibles et sur des hypothèses de travail
historiques dépendant de beaucoup d’aléas notamment de calendrier. Décidément vos sources ne sont pas fiables.
Comme les Témoins de Jéhovah et les jésuites vous tentez d’utiliser les sources et les arguments même de ceux que vous voulez contrer et tout cela pour quoi ? Pour régler vos comptes avec une
obscure communauté adventiste locale dont personne n’a jamais entendu parler, j’en suis sûr.
Vous vous fondez sur le calendrier juif. Or les juifs ont-ils intérêt à ce que la prophétie des 70 semaines coïncident exactement avec la vie de Jésus ? Évidemment non. Ils ont trop peur qu’on les
accuse de nouveau d’être les meurtriers du Christ. Cette source n’est donc pas sûre.
Vous vous fondez aussi sur des sources catholiques. Or les agents du Vatican, présents dans nombre comités de traductions de la Bible, ont intérêt plus que tout autre à dévier au maximum toute
coïncidence historique trop précise entre les prophéties de Daniel et la période romaine, vie de Jésus comprise. Car la prophétie hébraïque pointe redoutablement le pouvoir politico-religieux qui
émerge des suites de l’Empire romain. Ces sources ne sont donc pas sûres, qu’elle viennent de prédicateurs du XIXe siècle ou des savants exégètes d’aujourd’hui.
De plus quel intérêt les catholiques auraient-ils à soutenir, à tout prix notamment d’erreurs de datation, que Jésus soit mort un vendredi ? Pour soutenir le culte dominical ? Bof, c’est un peu
faible. L’Église n’a pas besoin de cette béquille : son autorité prétendument divine lui suffit, sans parler des phénomènes para-spirites à l’appui.
Décidément votre argumentation NE TIENT PAS LA ROUTE.
D’ailleurs, même si Jésus était mort en l’an 30 plutôt qu’en l’an 31, franchement, cela serait insuffisant pour remettre en question l’interprétation messianique des prophéties de Daniel. Cela ne
remettrait même pas en question «l’exactitude» de la prophétie. Car qui peut dire, avec preuves scientifiques à l’appui, que la prophétie démarre exactement tel mois de l’an 455 ou 456 ou 457 ?
Évidemment personne, car beaucoup de paramètres sont impliqués dans la fixation et le chiffrage d’une date, surtout à ces époques reculées. C’est la longueur de la période des 70 semaines qui
compte plus que le chiffrage de sa datation exacte. C’est la foi qui nous permet de reconnaître l’accomplissement de cette prophétie en Jésus de Nazareth, cela vous l’avez bien compris. Mais c’est
l’incrédulité et la peur qui pousse les juifs à dévier cette application, peut-être à l’aide d’un calendrier de la pâque erroné. Et c’est d’obscurs intérêts politico-religieux qui poussent les
ecclésiastiques à dissocier le vie de Jésus des prophéties hébraïques et du shabbat.
Ces problèmes de datations ne remettent pas non plus en question la réalité du mouvement adventiste ni même l’inspiration d’Ellen White, que vous appelez outrageusement « la prophétesse adventiste
» (sur une autre page de ce blog). D’abord Ellen White elle-même a explicitement refusé le titre de prophétesse. Elle était modeste, elle, pas comme vous. Ensuite Ellen White ne peut être la
prophétesse du mouvement adventiste puisque son inspiration et ses visions divines ont début largement APRÈS la «fin» de ce mouvement, à l’automne 1844. Le mouvement adventiste a existé (et grâce à
Dieu existe, quoique faiblement, et existera) indépendamment des dons spirituels que Dieu peut accorder à telle ou telle personne, comme il le veut. Et vous, vous n’êtes pas habilité à en
juger.
Votre attitude conjugue mauvaise foi avec entortillage jésuitique manipulateur. Par exemple, lorsque, profitant de ma tendance à l’excès dans mes propos, vous m’encouragez quand je dis, à tort, que
«toutes les traductions sont mauvaises» : évidemment ce propos méritait d’être nuancé, et vous aviez là, si vous aviez été honnête, une belle occasion de le faire ! Mais non, au contraire, comme un
bon jésuite, vous me poussez dans cette mauvaise direction de façon à me mettre plus facilement en face de contradictions internes. C’est mauvais et pervers.
Alors, à présent, puisque vous avez la prétention inouïe (papale ?) de juger de la fiabilité des traductions des évangiles sur le point précis du jour de la mort de Jésus, traductions quand même
rédigées par des érudits, si biaisés théologiquement soient-ils, JE VOUS METS AU DÉFI DE NOUS FOURNIR TROIS TEXTES CENSÉS PROUVER DE FAÇON INDUBITABLE QUE JÉSUS N’EST PAS MORT UN VENDREDI. Et,
cela, sans artifices de raisonnement spécieux à la Témoins de Jéhovah, ni recours à des sources douteuses, qu’elles soient catholiques ou juives ou autres. Parce que moi aussi, figurez-vous, je
déchiffre le grec ancien. Nous les analyserons ici-même, sur ce blog, devant vous. Et nous allons bien voir !!! A bientôt.


janic 28/01/2011 19:27


Le calcul de la Pâque est fait par le judaïsme, pas par le catholicisme qui lui calcule LES PâqueS. J’ai posé la question au Consistoire de France qui, bien sur, n’a pas répondu.
Le tableau que j’ai utilisé est celui de :Astronomische beitrage zur genäherten Bestimmung des Geburts und Todesjahres Jesu, in Bengets Archiv cité dans son livre par le RP Didon
PJ Schaumberger dans Verbum Domini XIII a fait les mêmes calculs en se référant bien sur à l’année 30 ou la Pâque juive tombait un vendredi 7 Avril ou l’année 33 ou la Pâque juive tombait aussi un
vendredi 3 avril. De ce fait en 31 la Pâque juive serait tombée soit un mardi 27 mars ou un mercredi 25 avril. Ce dernier point particulièrement intéressant puisque la Didascalia (env225 après JC)
fait arrêter Jésus un mardi après la cène ; point de vue partagé par Epiphane et d’autres auteurs
Pour les évangiles, il est assez clair, en dépit des traductions, que Jésus est mort un vendredi et s'est reposé le Shabbat,…. Jésus est bien ressuscité le premier jour de la semaine, comme
l'affirment les évangiles, et c'est parfaitement logique et cohérent avec la théologie biblique
Cà cela s’appelle une profession de foi ou un dogme, au choix. Malheureusement une étude attentive des textes comme des synoptiques ne le dit pas, les traductions étant déformées pour créditer une
culture religieuse catholique romaine. Faites traduire les passages concernés par un spécialiste du grec ancien et vous verrez que les traductions actuelles ne correspondent pas aux textes
grecs.
La réssurection ne conviendrait pas à l'esprit du shabbat par exemple, si c'est là votre hypothèse.
Je n’ai pas d’hypothèse. Ou le texte grec concerné l’affirme ou pas. Les premiers chrétiens semblaient se fiche complètement de savoir quand le christ Jésus était mort. Mais si d’aucun se lance
dans une affirmation chiffrée encore faut-il en vérifier l’exactitude.
Ceci dit, je trouve normal que chaque religion ait ses propres croyances, qu’elles soient exactes ou pas. En quoi la foi d’un catholique, d’un bouddhiste ou d’un TJ serait-elle moindre que celle de
quelqu’autre religion que ce soit