Daniel : une lumière à Babylone

De l'unité des chrétiens : un point de vue adventiste

26 Août 2012 , Rédigé par Daniel à Babylone Publié dans #Ellen White

Pour enrichir cette nouvelle catégorie de notre blog consacrée au ministère prophétique d'Ellen White (1827-1915), voici un article paru le 11 mars 1890 dans le très officiel périodique de l'Eglise adventiste du septième jour Review and Herald. Transcription d'un sermon, cet écrit combine un commentaire de la prière sacerdotale de Jésus (Jean 17) avec des aperçus éclairant sur l'état spirituel, lamentable, du mouvement adventiste à cette époque, notamment par rapport à la foi. Le message sur la «justice» du Christ (righteousness, que nous avons préféré traduire ici par vertu, faute d'un meilleur terme), délivré par les pasteurs A. T. Jones et E. J. Waggoner lors de la fameuse conférence générale de Minneapolis deux ans plus tôt, est prégnant. Inhabituellement, Ellen White s'autorise ici, en dépit de l'autorité écclésiale, à exprimer un peu plus librement ses sentiments au sujet de la situation critique du mouvement adventiste. L'enthousiasme pour les vertus du Messie Jésus et pour la foi du centenier romain (Matthieu 8) y côtoie l'angoisse la plus profonde, angoisse qui annonce peut-être les crises dont elle souffrira pendant son exil en Australie et qu'elle ne surmontera que par la foi.

Note : Délibérément ici, la traduction n'est pas littérale. Le lecteur pourra néanmoins jeter un regard critique sur notre travail grâce au texte original en vis-à-vis. Nous remercions chaleureusement le White Estate pour avoir si «libéralement» et «de si bonne grâce» mis à la disposition du public le texte original de l'article (cependant libre de tout copyright depuis trente ans comme tous les écrits d'Ellen White). https://egwwritings.org/. On regrette néanmoins l'absence de précision sur les circonstances, le public et le contexte de ce sermon préparé par la prophétesse. Une simple mention de la date de parution, c'est un peu court…

Quand aurons-nous enfin l'INTÉGRALITÉ des écrits de la prophétesse, par ordre chronologique et avec une courte introduction au contexte historique de chaque écrit ? Afin de connaître, enfin, l'esprit dans lequel Ellen White travaillait. Afin de pouvoir ENFIN JETER A LA POUBELLE ces épuisantes, inutiles et nuisibles compilations dont le White Estate, véritable magistère «adventiste», nous a abreuvé année après année, pour la «satisfaction» morbide de paroissiens en souffrance et assoiffés de la grâce du Christ !

Voir, à ce sujet, notre «fraternelle» discussion avec certains de nos chers frères et soeurs de l'Eglise adventiste du septième jour sur Adventist Online (en anglais) et notre intervention pour défendre le ministère indépendant Unpublished Ellen White des attaques autoritaristes de certains «adventistes». Lire la totalité de la discusion ici : Unpublished Ellen White la discussion. Edifiant !!!

Nous n'avons aucun lien avec ce ministère indépendant (pour l'instant), mais nous ne pouvons que défendre toute tentative de liberté d'expression de ce genre, respectueuse d'autrui, et tout désir légitime de connaissance et de TRANSPARENCE. La transparence, oui, une qualité presque totalement absente de la politique adventiste depuis des décennies. Cette opacité est visible surtout dans la façon parcellaire et fragmentée, dont le White Estate donne accès aux écrits d'Ellen White. Sans parler de la prétention papale de certains à détenir tous les droits, de diffusion et d'interprétation, sur la parole prophétique. Quel ignoble scandale, qui en dit long sur l'action de la contre-réforme au sein de l'Eglise adventiste ! 

Maintenant, après ces miasmes jésuitiques, voici néanmoins quelques paroles rafraichissantes et réconfortantes. nous en avons tous bien besoin, quel que soit notre bord !

 

Christ Prayed for Unity Among His Disciples

There are precious words in the prayer of Christ for his disciples. He said, “Holy Father, keep through thine own name those whom thou hast given me, that they may be one, as we are.... Neither pray I for these alone, but for them also which shall believe on me through their word: that they all may be one; as thou, Father, art in me, and I in thee, that they also may be one in us: that the world may believe that thou hast sent me.” RH March 11, 1890, par. 1

Le Messie a prié pour l’unité de ses disciples

La prière du Messie pour ses disciples contient de précieuses paroles. « Père saint, garde-les en ton nom, ce nom que tu m’as donné, afin qu’ils soient un comme nous. » « Ce n'est pas pour eux seulement que je prie, mais encore pour ceux qui croiront en moi par leur parole, afin que tous soient un ; comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi, qu'eux aussi soient [un] en nous, afin que le monde croie que tu m'as envoyé. » Jean 17.11, 20-21 NBS.

The unity, the harmony that should exist among the disciples of Christ, is described in these words: “That they may be one, as we are.” But how many there are who draw off, and seem to think that they have learned all they need to learn. Brethren, where is your burden for these? Have you been to them to invite them to come and seek God, and hear the word that has been precious to you? Are you enjoying light, and still willing to let others remain in darkness? We want all our brethren to have the same blessing that we have. Those who choose to stand on the outskirts of the camp, cannot know what is going on in the inner circle. They must come right into the inner courts, for as a people we must be united in faith and purpose. Jesus has prayed that his disciples all might be one—“As thou, Father, art in me, and I in thee, that they also may be one in us: that the world may believe that thou hast sent me.” It is through this unity that we are to convince the world of the mission of Christ, and bear our divine credentials to the world. “And the glory which thou gavest me I have given them; that they may be one, even as we are one.” This is what we want. This is what we are waiting for,—more of the glory of Christ to lighten our pathway, that we may go forth with that glory shining in our countenances, that we may make an impression upon those with whom we shall come in contact. RH March 11, 1890, par. 2

L’unité, l’harmonie, qui devrait exister parmi les disciples du Messie est décrite en ces mots : « afin qu’ils soient un comme nous ». Mais combien se retirent et ont l’air de croire qu’ils ont appris tout ce qu’ils avaient besoin d’apprendre ! Frères, où est votre souci pour eux ? Êtes-vous allés vers eux pour les inviter à venir chercher Dieu et à écouter cette parole qui a été précieuse pour vous ? Profitez-vous de la lumière tout en voulant laisser d’autres personnes dans l’obscurité ? Nous voulons que tous nos frères accèdent aux mêmes bénédictions que nous. Ceux qui choisissent de rester à la périphérie de notre camp ne peuvent pas savoir ce qui se passe à l’intérieur. Il faut qu’ils entrent complètement dans notre cercle, car en tant que peuple nous devons être unis au niveau des croyances et des objectifs. Jésus a prié pour que ses disciples soient unis : « comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi, qu'eux aussi soient [un] en nous, afin que le monde croie que tu m'as envoyé ». C’est par cette unité que nous allons convaincre le monde au sujet de la mission du Messie et porter publiquement notre accréditation divine. « Et moi, je leur ai donné la gloire que tu m'as donnée, pour qu'ils soient un comme nous, nous sommes un. » Jean 17.22. Voilà ce que nous voulons. Voilà ce que nous espérons, plus de gloire messianique pour éclairer notre chemin, afin que nous avancions le visage illuminé de cette gloire, afin que nous fassions impression sur ceux avec lesquels nous entrons en contact.

 “I in them, and thou in me, that they may be made perfect in one; and that the world may know that thou hast sent me, and hast loved them, as thou hast loved me.” Can we comprehend the meaning of these words? can we take it in? Can we measure this love? The thought that God loves us as he loves his Son should bring us in gratitude and praise to him. Provision has been made whereby God can love us as he loves his Son, and it is through our oneness with Christ and with each other. We must each come to the fountain and drink for ourselves. A thousand around us may take of the stream of salvation, but we shall not be refreshed unless we drink of the healing stream ourselves. We must see the beauty, the light of God’s word for ourselves, and kindle our taper at the divine altar, that we may go to the world, holding forth the word of life as a bright, shining lamp. Those who do not come to God’s word for light for themselves, will have no light to diffuse to others. RH March 11, 1890, par. 3

« Moi en eux comme toi en moi, pour qu'ils soient rendus parfaitement unis et qu'ainsi le monde puisse savoir que c'est toi qui m'as envoyé et que tu les as aimés comme tu m'as aimé. » Jean 17.23, n. t. Pouvons-nous saisir le sens de ces paroles ? Pouvons-nous en embrasser toute la signification ? Pouvons-nous en cerner les limites ? La pensée que Dieu nous aime autant qu’il aime son Fils devrait nous ramener à lui plein de reconnaissance et d’admiration ? Des dispositions ont été prises pour que Dieu puisse nous aimer comme il aime son Fils, et cela se réalise au travers de notre unification avec le Messie et les uns avec les autres. Chacun de nous doit venir à la fontaine et boire pour lui-même. Des milliers de personnes de notre entourage peuvent puiser aux eaux du salut sans que nous soyons rafraîchis, à moins que nous buvions nous-mêmes du flot salutaire. Nous avons besoin de voir nous-mêmes la beauté, la clarté de la parole divine et d’allumer notre bougie à l’autel divin pour aller vers nos semblables, brandissant la parole vitale, telle une lampe à la lumière éclatante. Ceux qui n’entrent pas personnellement en contact avec la parole de Dieu, en quête de lumière, n’auront aucune lumière à diffuser aux autres.

How precious are these words! “Father, I will that they also, whom thou hast given me, be with me where I am; that they may behold my glory, which thou hast given me: for thou lovedst me before the foundation of the world.” Christ wills that we should behold his glory. Where?—In the kingdom of heaven. He wills that we should be one with him. What a thought! How willing it makes me to make any and every sacrifice for his sake! He is my love, my righteousness, my comfort, my crown of rejoicing, and he wills that we should behold his glory. If we follow him in his humiliation, in his self-sacrifice, in trial and test, we shall behold him as he is, we shall see his glory; and if we see his glory, we shall be made partakers of it. RH March 11, 1890, par. 4

Combien précieuses sont ces paroles : « Père, je veux que là où je suis, ceux que tu m'as donnés soient eux aussi avec moi, et qu'ils contemplent la gloire que tu m'as donnée, car tu m'as aimé dès avant la fondation du monde. » Jean 17.24 TOB. Le Messie souhaite que nous voyions sa gloire. Où ? Dans le royaume céleste. Il veut nous réunir à lui. Quelle pensée ! Comme cela me motive pour faire n’importe quel sacrifice en sa faveur ! Il est le centre de mes affections, ma vertu, mon réconfort, ma joie suprême et il voudrait que je voie sa gloire. Si nous le suivons dans son abaissement, dans son autosacrifice, dans les difficultés et la mise à l’épreuve, nous le verrons tel qu’il est, nous verrons sa gloire ; et si nous voyons sa gloire, c’est que nous ferons partie de cette gloire.

He says: “O righteous Father, the world hath not known thee: but I have known thee, and these have known that thou hast sent me.” O how little we know of him! He says the world has not known the Father. God forbid that any of those who carry the truth should be destitute of a knowledge of God! O may Christ be able to say of us, “But these have known thee!” RH March 11, 1890, par. 5

Il prie : « Père juste, le monde ne t'a pas connu ; mais moi, je t'ai connu, et ceux-ci ont connu que tu m'as envoyé. » Jean 17.25 Colombe. Combien peu nous connaissons sur lui ! Il dit que le monde n’a pas connu le Père. Que Dieu préserve toute personne porteuse de la vérité [sur Lui] d’être dépourvue de connaissance de Dieu ! Oh ! Que le Messie puisse dire de nous : « Mais ceux-ci t’ont connu ! »

“And I have declared unto them thy name, and will declare it; that the love wherewith thou hast loved me may be in them, and I in them.” This is also our work—to reveal the Father, to declare his name. We have been hearing his voice more distinctly in the message that has been going for the last two years, declaring unto us the Father’s name—“The Lord, the Lord God, merciful and gracious, long-suffering, and abundant in goodness and truth, keeping mercy for thousands, forgiving iniquity and transgression and sin, and that will by no means clear the guilty.” RH March 11, 1890, par. 6

« Je leur ai fait connaître ton nom et je le leur ferai connaître encore, afin que l'amour dont tu m'as aimé soit en eux, et moi en eux. » Jean 17.26 TOB. C’est là aussi notre tâche : révéler le Père, faire connaître son nom. Nous avons entendu sa voix plus distinctement dans le message qui s’est diffusé ces deux dernières années, nous annonçant le nom du Père : « Le SEIGNEUR, le SEIGNEUR (YHWH, YHWH), Dieu compatissant et clément, patient et grand par la fidélité et la loyauté, qui conserve sa fidélité jusqu'à la millième génération, qui pardonne la faute, la transgression et le péché, mais qui ne tient pas le coupable pour innocent. » Exode 34.6-7 NBS.

O that we might gather up our forces of faith, and plant our feet on the rock Christ Jesus! You should believe that he will keep you from falling. The reason why you do not have more faith in the promises of God, is that your minds are separated from God, and the enemy meant it should be so. He has cast his shadow between us and our Saviour, that we may not discern what Christ is to us, or what he may be. The enemy does not desire us to understand what a comfort we shall find in Christ. We have only just begun to get a little glimmering of what faith is; for it is hard for those who have been absorbed in looking at dark pictures of unbelief, to see anything else save darkness. May God help us to gather up the jewels of his promises, and deck memory’s hall with the gems of his word. We should be armed with the promises of God. Our souls should be barricaded with them. When Satan comes in with his darkness, and seeks to fill my soul with gloom, I repeat some precious promise of God. When our work grows hard because of the unbelief we have to meet in the hearts of the people, where faith should flourish, I repeat over and over, “Although the fig-tree shall not blossom, neither shall fruit be in the vines; the labor of the olive shall fail, and the fields shall yield no meat; the flock shall be cut off from the fold, and there shall be no herd in the stalls: yet will I rejoice in the Lord, I will joy in the God of my salvation.” As I do this, the light of the glory of God fills my soul. I will not look at the darkness. RH March 11, 1890, par. 7

Oh ! Que nous puissions rassembler les forces de notre foi et nous stabiliser sur le rocher, le Messie Jésus ! Vous devriez être sûr qu’il vous retiendra de tomber. Votre esprit est séparé de Dieu, et l’ennemi entend bien qu’il en soit ainsi ; c’est la raison pour laquelle vous n’avez pas plus de confiance dans les promesses de Dieu. L’ennemi projette son ombre entre nous et notre Sauveur afin que nous ne puissions pas comprendre ce que le Messie est pour nous ou ce qu’il pourrait être. L’ennemi ne souhaite pas que nous sachions quel réconfort nous trouverons dans le Messie. Nous avons à peine commencé à percevoir ce qu’est la foi, [nous n’en avons vu qu’] une infime lueur. En effet, ceux qui sont restés absorbés par de sombres visions d’incrédulité ont bien du mal à voir autre chose que l’obscurité. Que Dieu nous aide à réunir les joyaux de ses promesses, à orner la chambre de notre mémoire des perles de sa parole. Nous devrions nous armer des promesses de Dieu. Nos âmes devraient s’en servir de barricades. Quand Satan et ses ténèbres font leur apparition, quand il cherche à remplir mon âme de tristesse, je me redis quelque précieuse promesse divine. Lorsque notre tâche devient pénible à cause de l’incrédulité que nous rencontrons dans le cœur des gens, là ou la foi devrait fleurir, je répète encore et toujours : « Oui, le figuier ne fleurira pas ; pas de vendange dans les vignes ; la production de l'olivier sera décevante, les champs ne donneront pas de nourriture, le petit bétail disparaîtra de l'enclos ; pas de gros bétail dans les étables. Mais moi, j'exulterai dans le SEIGNEUR, je trouverai de l'allégresse dans le Dieu -de mon salut. Habacuc 3.17-18. Dès que je fais cela, la glorieuse lumière divine remplit mon âme. Je ne regarde plus les ténèbres.

We must lift up the Man of Calvary; and may every one of you learn to exalt Christ before you leave this meeting,—before you go out to labor for others. May new chapters of experience open before you in regard to the confidence you may have in God. The Saviour asks, “When the Son of man cometh, shall he find faith on the earth?” Satan has cast his dark shadow between you and your God; he has enshrouded the people in gross darkness. But you must have light from the throne of God; you must be rooted and grounded in the truth, so that when you come into the presence of those who cherish error, you may not be darkened by their influence, and be shaken away from the precious light. RH March 11, 1890, par. 8

Nous devons mettre en vue l’homme du Calvaire. Que chacun de vous apprenne à valoriser le Messie avant de quitter cette rencontre, avant de retourner à son travail en faveur d’autrui. Que de nouveaux chapitres de votre pratique s’ouvrent en proportion de la confiance que vous pouvez avoir en Dieu. « Quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » interroge le Sauveur. Satan a jeté son ombre sinistre entre vous et votre Dieu ; il a enveloppé le peuple dans d’épaisses ténèbres. Mais vous devez avoir de la lumière, en provenance du trône de Dieu. Il vous faut être enracinés et fondés dans la vérité afin que, en présence de ceux qui chérissent l’erreur, vous ne soyez pas assombri par leur influence ni ébranlé et éloigné de la précieuse lumière.

Paul admonished Timothy, “Be strong in the grace that is in Christ Jesus. And the things that thou hast heard of me among many witnesses, the same commit thou to faithful men, who shall be able to teach others also.” This is what we are to do. We are on missionary soil, and we should pray that God may stir up the minds of those who do not seem to feel their need of anything more than they now possess, that they may seek for light from the throne of God. We should not be found quibbling, and putting up hooks on which to hang our doubts in regard to the light which God sends us. When a point of doctrine that you do not understand comes to your attention, go to God on your knees, that you may understand what is truth, and not be found, as were the Jews, fighting against God. Light came to them, but they loved darkness rather than light. When warning men to beware, to accept nothing unless it is truth, we should also warn them not to imperil their souls by rejecting messages of light, but to press out the darkness by earnest study of the word of God. Greater caution should be exercised by all, lest we reject that which is truth. We need a living experience. In faith we are only like little children learning to walk. As a child takes its first steps, it often totters and falls; but it gets up again, and finally learns that it can walk alone. We must learn how to believe in God. We are not to look at our feelings, but to know God by living faith. Look at the centurion who came to Christ for an example of genuine faith. He came to Christ beseeching him, and saying, “Lord, my servant lieth at home sick of the palsy, grievously tormented. And Jesus saith unto him, I will come and heal him. The centurion answered and said, Lord, I am not worthy that thou shouldest come under my roof: but speak the word only, and my servant shall be healed. For I am a man under authority, having soldiers under me: and I say to this man, Go, and he goeth; and to another, Come, and he cometh; and to my servant, Do this, and he doeth it. When Jesus heard it, he marveled, and said to them that followed, Verily, I say unto you, I have not found so great faith, no, not in Israel. RH March 11, 1890, par. 9

Paul exhortait Timothée ainsi : « Fortifie-toi dans la grâce qui est dans le Messie Jésus. Et ce que tu as entendu de moi en présence de beaucoup de témoins, confie-le à des gens dignes de confiance qui seront capables, à leur tour, de l'enseigner à d'autres. » 2 Timothée 2.1-2. Voilà ce que nous avons à faire. Nous sommes en terre de mission et nous devrions prier pour que Dieu stimule les esprits de ceux qui ne semblent pas conscients de leur besoin d’autre chose que ce qu’ils possèdent déjà, afin qu’ils recherchent la lumière venant du trône de Dieu. On ne devrait pas nous trouver en train de chicaner ou de chercher des clous où accrocher nos doutes par rapport à la lumière que Dieu nous envoie. Lorsqu’un point de doctrine que vous ne comprenez pas attire votre attention, allez à Dieu, à genoux, afin de pouvoir saisir quelle est la vérité et ne pas être trouvé, comme les religieux de l’époque de Jésus, en train de se battre contre Dieu. La lumière est venue jusqu’à eux, mais ils ont préféré l’obscurité à la lumière. Quand nous avertissons les autres, pour qu’ils prennent garde de ne recevoir rien d’autre que la vérité, nous devrions aussi les avertir du péril qu’ils encourent s’ils rejettent des messages éclairants et les exhorter à chasser les ténèbres par une étude sérieuse des paroles divines. Tous devraient faire preuve de plus de prudence, de peur de rejeter ce qui est véridique. Nous avons besoin d’acquérir une vraie expérience. Dans de domaine de la foi, nous ne sommes que de petits enfants qui apprennent à marcher. Quand un enfant fait ses premiers pas, il trébuche souvent et tombe ; mais il se relève et finit par apprendre comment marcher seul. Nous devons apprendre comment croire en Dieu. Nous ne devons pas considérer nos sentiments, but connaître Dieu au moyen d’une foi active. Prenez pour exemple de foi authentique celle du centurion qui vient voir Jésus. Il s’approche du Messie en le suppliant : « Seigneur, mon serviteur est couché à la maison, paralysé et violemment tourmenté. » Il lui répondit : « Moi, je viendrai le guérir. » Le centurion répondit : « Seigneur, ce serait trop d'honneur pour moi que tu entres sous mon toit ; dis seulement une parole, et mon serviteur sera guéri ! Car je suis moi-même sous l'autorité de mes supérieurs et j'ai des soldats sous mes ordres ; je dis à l'un : Va ! et il va, à l'autre : Viens ! et il vient, et à mon esclave : Fais ceci ! et il le fait. » Après l'avoir entendu, Jésus, étonné, dit à ceux qui le suivaient : « Amen, je vous le dis, chez personne en Israël je n'ai trouvé une telle foi. » Matthieu 8.6-10 NBS.

What kind of power did this centurion think was vested in Jesus? He knew it was the power of God. He said, “I am a man under authority, having soldiers under me: and I say to this man, Go, and he goeth.” The centurion saw with the eye of faith that the angels of God were all around Jesus, and that his word would commission an angel to go to the sufferer. He knew that his word would enter the chamber, and that his servant would be healed. And how Christ commended this man’s faith! He exclaimed, “I have not found so great faith, no, not in Israel.” RH March 11, 1890, par. 10

De quelle sorte de pouvoir Jésus était-il investi, selon ce centurion ? Il savait qu’il s’agissait de la puissance de Dieu. Il explique : « Je suis moi-même sous l'autorité de mes supérieurs et j'ai des soldats sous mes ordres ; je dis à l'un : Va ! et il va. » Avec le regard de la foi, le centurion percevait que les anges de Dieu entouraient Jésus et que sa parole commanderait à un ange de se rendre auprès du malade. Il savait que cette parole pénètrerait dans la chambre et que son serviteur serait guéri. Comment le Messie a loué la foi de cet homme ! « Chez personne en Israël je n'ai trouvé une telle foi ! » s’exclame-t-il.

There are many outside our people who are in the favor of God, because they have lived up to all the light that God has given them. For nearly two years we have been urging the people to come up and accept the light and the truth concerning the righteousness of Christ, and they do not know whether to come and take hold of this precious truth or not. They are bound about with their own ideas. They do not let the Saviour in. I have done what I could to present the matter. I can speak to the ear, but I cannot speak to the heart. Shall we not arise, and get out of this position of unbelief? Shall we not bruise Satan under our feet? I beseech of you, Come up where the living waters flow. RH March 11, 1890, par. 11

Beaucoup de personnes, à l’extérieur de notre entourage, ont la faveur divine parce qu’ils vivent selon toute la lumière que Dieu leur a confiée. Depuis presque deux ans, nous avons pressé les fidèles de se lever et d’accepter la lumière et la vérité concernant les vertus du Messie, mais ils ne savent pas s’il faut venir ou non se saisir de cette précieuse vérité. Ils sont limités par leurs propres idées. Ils ne laissent pas entrer le Sauveur. J’ai fait ce que j’ai pu pour présenter la question. Je peux parler à l’oreille, mais je ne peux parler au cœur. Ne nous relèverons-nous pas pour sortir de cette position incrédule ? N’écraserons-nous pas Satan sous nos pieds ? Je vous en supplie : venez là où coule l’eau vive.

Yesterday morning I arose with an agony upon my soul, and I could only say, “Lord, thou knowest all about it. My heart is burdened, and thou knowest that I cannot bear this load. I must have more help than I yet have had. Thou knowest that when I see men taking positions contrary to thy word, I am crushed under the load, and I can do nothing without thy help.” It seemed that as I prayed a wave of light fell about me, and a voice said, “I will be with thee to strengthen thee.” Since then I have been resting in Jesus. I can hide in him. I am not going to carry this load any longer. I shall lay it down at the feet of my Redeemer. RH March 11, 1890, par. 12

Hier matin, je me suis réveillée aux prises avec une angoisse pesante et tout ce que j’ai pu dire c’est : « Seigneur, tu sais tout de cela. Mon cœur est lourd et tu sais que je ne peux porter ce fardeau. Je dois recevoir plus d’aide que je n’en ai déjà reçu. Tu sais que quand je vois des hommes prendre des positions contraires à ta parole, je suis écrasé par ce fardeau et je ne peux rien faire sans ton aide. » Tandis que je priais ainsi, on dirait qu’une vague de lumière m’a recouverte et une voix a dit : « Je serai avec toi pour te fortifier. » Depuis lors, je suis en repos, en Jésus. Je peux me cacher en lui. Je ne vais plus porter ce fardeau. Je le déposerai aux pieds de mon Rédempteur.

Brethren, shall we not all of us leave our loads there? and when we leave this meeting, may it be with the truth burning in our souls like fire shut up in our bones. You will meet with those who will say, “You are too much excited over this matter. You are too much in earnest. You should not be reaching for the righteousness of Christ, and making so much of that. You should preach the law.” As a people, we have preached the law until we are as dry as the hills of Gilboa that had neither dew nor rain. We must preach Christ in the law, and there will be sap and nourishment in the preaching that will be as food to the famishing flock of God. We must not trust in our own merits at all, but in the merits of Jesus of Nazareth. Our eyes must be anointed with eye-salve. We must draw nigh to God, and he will draw nigh to us, if we come in his own appointed way. O that you may go forth as the disciples did after the day of Pentecost, and then your testimony will have a living ring, and souls will be converted to God. RH March 11, 1890, par. 13

Frères, pourquoi ne pas laisser ici tout ce qui nous pèse ? Ainsi, quand nous partirons de cette rencontre, que ce soit avec la chaleur de la vérité dans nos âmes, comme du feu réchauffant l’intérieur de nos os. Vous rencontrerez des personnes qui diront : « Vous êtes trop excité à ce propos. Vous êtes trop ardent. Vous ne devriez pas tendre sans cesse les mains vers la vertu du Messie ni accorder autant d’importance à cela. Vous devriez prêcher sur la loi. » En tant que communauté, nous avons prêché la loi jusqu’à être aussi secs que les collines de Guilboa, où il n’y a jamais ni rosée ni pluie. Nous devons prêcher le Messie dans la loi ; alors il y aura de la sève et de la nourriture dans la prédication qui rassasieront le troupeau de Dieu affamé. Nous ne devons pas du tout nous fier à nos mérites, mais aux mérites de Jésus de Nazareth. Nos yeux doivent être oints de collyre. Nous devons nous approcher de Dieu, et il s’approchera de nous, si nous venons par son chemin, celui qu’il a préparé. Oh, que vous puissiez avancer comme les disciples après le jour de la Pentecôte ! Alors votre témoignage connaîtra une vraie diffusion et des personnes reviendront à Dieu. — Review and Herald, 11 mars 1890.

Commenter cet article