Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Daniel : une lumière à Babylone

Le sanctuaire hébreu et la croix : là où le pur et l'impur se côtoient !

18 Août 2020 , Rédigé par Misha Publié dans #Réflexions

La sanctuaire hébreu a été érigé dans le désert, dans le lieu de la malédiction et la demeure des démons, là où Babylone se tient (Apocalypse 17.3). Dieu fait sa demeure au milieu de nous, dans Babylone et au sein de la malédiction, dans un terre totalement dévastée par le péché, privée des eaux bienfaisantes de l'Esprit. C'est ce que nous étions devenus dans le premier Adam.
Quand le peuple hébreu entre dans le parvis du sanctuaire, se trouve-t-il dans un lieu uniquement pur et saint ? Pas du tout, car le peuple y entre avec ses péchés et son animal qui doit être offert en sacrifice pour le péché. Le parvis est souillé. Cet animal représente DIEU le Fils ! Dieu est brûlé sur l'autel, dévoué par interdit, anéanti dans la mort éternelle ! C'est plus que chaud !!
Au moins le lieu saint, "la première tente" dont parle l'épître aux Hébreux (dans le texte original grec), reste préservé de la souillure du mal, pensez-vous. Et bien pas du tout ! Car le péché a été transféré symboliquement sur la tête de l'animal : sa vie est la vie du pécheur désormais. L'animal est donc innocent et coupable en même temps, comme Jésus-Christ sur la croix ! Or la vie de l'animal est dans son sang. Lévitique 17.11. Mais l'animal est brûlé sur l'autel, me direz-vous. Oui, sa chair, mais pas son sang !
Le sang de la victime expiatoire est chargé des péchés du coupables. Ce sang est aspergé sur la parois de l'autel et versé au pied de l'autel : l'autel est donc à la fois saint, car l'animal est sans défaut, et souillé, car son sang véhicule symboliquement la vie du pécheur. L'autel, comme la croix, est donc à la fois pur et souillé.
Ce n'est pas tout : le sang (la vie) abominable du pécheur est aussi transféré(e) dans le lieu saint, sur les cornes de l'autel des parfums notamment. Le lieu saint est contaminé également par la souillure du péché !
Et le lieu très saint, lui ? Il est bien préservé, me direz-vous, car c'est là que le Dieu trois fois saint réside, le Dieu très pur, c'est-à-dire le Dieu qui ne pense JAMAIS à lui-même !! Et bien même pas, car le sang est aussi, comble de l'abomination, aspergé sur le voile hyper sacré qui sépare le lieu saint du lieu très saint. Remarquez, dans la Torah, comment ce voile très particulier est toujours associé étroitement au lieu Très-saint. Le sang est aspergé, précise la loi de Moïse, VERS le lieu très saint. Dieu lui-même, Père Fils et Esprit SONT, ont été, éclaboussés par le mal, visés par la révolte contre l'amour qui se sacrifie ! Y compris pendant le jour des expiations. Lévitique 4.6, 17 ; 16.14-15. Cette révolte est en nous, dans notre vie, dans notre chair et dans notre sang ! Il nous faut, à nous autant qu'à Dieu, une croix !
Ainsi, tout le sanctuaire, du parvis au lieu très-saint est à la fois pur, par la présence de Dieu, et à la fois impur, par NOTRE présence. Le sanctuaire est donc la plus belle image de l'incarnation de tout l'AT ! Puisque tout le sanctuaire est souillé par notre péché, il y a nécessité de le PURIFIER. Les adventistes amoureux de la tradition des pionniers (quelle contradiction !) peuvent se rassurer là… Mais, quand le jour de la purification du sanctuaire arrive, au yom kippour, par où commence la purification du sanctuaire ? Logiquement la purification devrait commencer par le parvis, le plus souillé a priori par toute cette boucherie dans laquelle l’Éternel dit ne prendre AUCUN plaisir (Psaume 51.16-18 ; Ésaïe 1.11 ; Hébreux 10.6, etc. etc.).
Et bien pas du tout, la purification du sanctuaire commence par le lieu le plus saint, par le lieu très-saint, qui est aussi le plus souillé ! Une belle image de qui s'est passé à la croix et de ce qui doit s'actualiser par le Saint-Esprit dans le peuple de Dieu à la fin des temps. Mais, si le peuple de Dieu ne croit même pas à la personnalité du Saint-Esprit, par peur infantile d'adhérer au dogme de la Trinité, alors comment va-t-on faire ??? Il ne reste plus qu'à adhérer aux fausses doctrines sataniques diffusées par la Rome libérale. Ces faux évangiles édulcorés nous invitent subtilement à séparer la nature divine de la nature humaine, en Jésus-Christ, comme on a séparé autrefois le corps de l'âme ! C'est la même chose !!!
La croix autel et malédiction en même temps ? Nous n'avons jamais rien entendu de pareil. Nous n'avons pas entendu l'évangile. Ou, quand nous l'avons entendu, en 1888, nous nous sommes bouchés les oreilles. Comment le message de la Bible a-t-il pu rester autant ignoré pendant tant de siècles, y compris par nous, adventistes, qui pourtant ne croyons pas à l'immortalité de l'âme et qui croyons (pour la plupart d'entre nous du moins) à la pleine divinité de Jésus-Christ, pendant les 33 ans de son incarnation dans une chair de péché ?
Quoi, le pur aurait été mêlé à l'impur ?? Dieu est-il capable de faire une chose pareille, pour nous sauver de la mort éternelle et nous purifier ? La réponse est oui !
Pour vous inscrire au séminaire l'Impact de la croix (66 €) c'est ici : https://aucoeurducosmos.com/webinaires/
Actuellement le séminaire en direct vient de s'achever, mais vous pouvez tout visionner encore jusqu'au 6 septembre. Cela en vaut donc la peine.
Le sujet de la croix n'est que trop rarement étudié, on lui préfère des sujets secondaires où nous croyons mieux maîtriser les choses : la place des femmes dans l'Eglise, l'alimentation, la façon d'observer le sabbat, l'évangélisation relationnelle ou sociale…
Mais où est l'ÉVANGILE dans l'histoire ??? Car l’Évangile, l'histoire de Jésus-Christ, c'est NOTRE histoire : l’Éternel NOTRE justice, c'était lui ! Jérémie 23.6 ; 33.16. Il est venu chez les siens (en 1888) et les siens ne l'ont pas reconnu… Peut-il souffrir davantage ?

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article