Daniel : une lumière à Babylone

Les blasphémateurs qui tuent au nom de Dieu

27 Juillet 2016 , Rédigé par Daniel Publié dans #Actualité

Qui a le droit d’ôter la vie, en toute légitimité ? Seulement Celui qui est en mesure de pouvoir la recréer. Par conséquent ceux qui se disent envoyés par Dieu pour tuer essayent de prendre une place qui appartient au Créateur seul. Lui seul dispose vraiment du droit de vie et de mort. Ceux qui s’attribuent ce pouvoir sont des blasphémateurs puisqu’ils s’attribuent un pouvoir qui n’appartient qu’au Créateur.

Dans l’ancienne société théocratique d’Israël, qui s’est constituée à la libération de l’esclavage et au départ des Hébreux de l’Égypte, Dieu, par Moïse, avait demandé d’appliquer la peine de mort dans certains cas. Cette peine était appliquée dans un cadre juridique et social défini, après jugement public et/ou confirmation surnaturelle. Cet ordre a été formulé dans un contexte historique donné. Nulle part il nous est demandé de l’appliquer sans discernement aux autres sociétés et aux autres époques. De plus, l’analyse de l’ENSEMBLE des lois de la Torah démontre que la miséricorde doit finalement l’emporter sur l’application aveugle de la loi pénale. Il y a plus de lois pour protéger que pour condamner dans la Torah. Condamner à mort n’était qu’une autorisation ponctuelle et particulière, en aucun cas un droit absolu.

Personne n’a vraiment le DROIT de tuer, puisque personne n’est capable de recréer cette même vie supprimée. YAHVEH, le Créateur, lui, a ce pouvoir de créer et de recréer : cela s’appelle la résurrection des morts. Selon les prophètes de la Bible, tous les êtres humains seront un jour ou l’autre ressuscités par YAHVEH, les uns pour la Vie les autres pour un juste anéantissement (la justice de cette sentence aura été vérifiée au préalable par des jurés dûment assermentés !).

Le droit de vie et de mort est donc une prérogative divine. En l’absence d’un ordre explicite, précis et contextualisé de Dieu, nul n’est autorisé à ôter la vie à autrui. Autant dire qu’il n’est vraiment pas conseillé de s’aventurer à prendre des initiatives dans ce domaine, vu le caractère retors de la nature humaine.

C’est pourquoi Dieu a institué des autorités pour protéger les populations. JOUENT-ELLES TOUJOURS ENTIEREMENT LEUR RÔLE AUJOURD’HUI ? C’est une autre question. Mais, quoi qu’il en soit, nous ne pouvons compter QUE sur Dieu pour nous défendre ou pour défendre notre liberté ou nos idées si les autorités nous lâchent. Pas question de compter sur nos passages à l’acte, qu’ils soient individuels ou organisés de façon occulte.

Ainsi ceux qui tuent au nom de Dieu aujourd’hui, qu’ils soient commandités par une « religion » ou par des politiques pervertis par l’argent, ne sont que de vils blasphémateurs, qui ajoutent parfois au meurtre d’autrui le crime du suicide, en double violation flagrante du commandement divin, gravé du doigt même de Dieu sur des tables de pierre au mont Sinaï : « Tu ne tueras point ».

Il n’existe aucune commune mesure entre les lois proposées aux Hébreux dans le désert à la sortie d’Égypte, dans un contexte particulier, et les appels au meurtre généralisés et sans équivoque que l’on peut rencontrer dans certains discours religieux. Ces discours se fondent parfois sur les propos extrêmes du Coran. Vous trouverez plus bas, quelques exemples des propos du Coran à ce sujet. Ces propos expriment clairement une folie meurtrière, qui risque bien de devenir une folie collective aujourd’hui.

Peut-on faire confiance aux politiques pour protéger le monde de cette folie meurtrière ? Malheureusement pas toujours. La publication du rapport de 28 pages sur le 11 septembre confirme que cet attentat (et probablement d’autres) ont été commis avec la complicité de politiques et de grandes puissances financières (de l’Arabie saoudite et d’Angleterre dans le cas du 11 septembre 2001). Lorsque des intérêts politiques et financiers sont en jeux, même les plus hautes autorités peuvent faillir.

Ce n’est que grâce à Dieu que les autorités actuelles maintiennent, tant bien que mal, un relatif équilibre et une relative sécurité dans nos pays occidentaux. Il n’en va pas de même sur toute la planète. Ce n’est que dans la mesure où les autorités se rapprochent des grands principes des dix commandements, sur lesquels toute la Création repose, qu’ils parviendront à maintenir un fragile équilibre social et politique.

Le principe du respect de l’autre, à la base des six derniers commandements du décalogue, est un fondement de toute vie sociale. Au contraire, la « loi de la nature », la survie des plus aptes, n’est pas applicable à nos sociétés humaines, car ces sociétés sont fondées sur la parole et non sur l’instinct. La nature, elle, est déformée, distordue, défigurée : elle a dû s’adapter à la présence de la mort. Elle ne peut constituer une référence, sauf dans le cadre d’une croyance panthéiste et romantique dans une capacité fantasmée de la nature à s’autogérer. On peut pardonner cette erreur à Jean-Jacques Rousseau : c’est un homme du XVIIIe siècle. On peut pardonner cette erreur à Darwin : c’est un homme du XIXe siècle. Cette croyance panthéiste n’est pas défendable aujourd’hui, alors que l’on sait qu’il n’y a pas que du hasard et de la matière dans l’univers, mais également de l’information. L’ADN en est le meilleur exemple. Sans ces informations, la nature ne pourrait RIEN produire d’autre que du chaos. Qui dit information, dit intelligence à l’origine de ces informations. La nature témoigne de l’existence de cette intelligence, mais elle n’est pas elle-même une intelligence !

Hitler n’a fait qu’appliquer le principe de la survie des plus aptes, en présupposant que la « race » (sic) aryenne était supérieure aux autres. Donc, selon Hitler, elle méritait de survivre plus que d’autres « races » (sic). Il y a chez Hitler, chez Goebbels, chez Himmler et chez ceux qui les ont commandités, la même logique meurtrière que celle que l’on rencontrait déjà dans le Coran. En effet le Coran fait une distinction d’essence entre les « fidèles », qui méritent de survivre, et les « infidèles » qui doivent être assassinés avec délectation par les fidèles (voir exemples tirés du Coran ci-dessous). C’est le même principe que celui de la survie des plus aptes !

Appliquer le principe de l’évolution naturelle, la survie des plus aptes, aux sociétés humaines conduit donc, inévitablement, au terrorisme, puis au totalitarisme (c’est-à-dire au terrorisme d’État) puis à la shoah généralisée.

 

Le cas des mouvements radicaux dans les milieux dits « chrétiens », tels qu’on peut les voir s’exprimer sur internet, est non moins préoccupant que l’intégrisme fondé sur les délires du Coran. On y trouve une accusation portée contre les autorités républicaines, jugées comme responsables de la chute généralisée de la moralité et de la probité dans nos pays et de la disparition de la « culture chrétienne ».

Pourquoi pas, on peut le dire dans une certaine mesure. C’est un fait prophétique que la France, par la voix de son assemblée nationale, s’est dressée contre le Créateur pendant la Terreur, interdisant la Bible et la foi pendant trois ans et demi, de l’automne 1793 au printemps 1797, en remarquable accomplissement des prophéties de Daniel et de l’Apocalypse (11 notamment). Mais le christianisme, le VRAI, est-il une culture au fait ? Et même si c’était le cas, serait-ce une raison pour partir en croisade ? Non, clairement, dans l’Empire romain d’autrefois, Saint Pierre et Saint Paul n’ont pas réagi de cette manière : ils ont prêché l’évangile, sans chercher en rien à entraver la liberté d’autrui. C’est pourquoi ils ont eu la bénédiction de Dieu et un certain succès.

Au contraire, de façon à peine voilée, dans les propos intégristes chrétiens actuels, il est clair que l’intolérance est la norme par rapport à ceux qui ne sont « pas comme nous » (?) : les irréligieux, les homosexuels, etc. Il est clair que si ces intégristes arrivaient au pouvoir, ils seraient tout aussi irrespectueux d’autrui que les intégristes musulmans.

On peut se rassurer en pensant que ces intégristes chrétiens d’inspiration romaine sont appelés à disparaître, mais pour être remplacés par qui et par quoi ??? En écrivant dans son droit canon que ce n’est pas un péché de mentir à un hérétique ou de le tuer, par tous les moyens, le Vatican, devenu un État, applique le même principe du « droit à tuer », révélant ainsi la communauté d’esprit qui existe entre l’islam radical et la religion de Rome.

Toutes les civilisations humaines, de la Babylone de l’époque du prophète Daniel au Nouvel Ordre mondial d’aujourd’hui, en passant par Rome (car tous les chemins y conduisent n’est-ce pas…) aboutissent dans une impasse. Seul YAHVEH, le Créateur, peut nous sortir de cette impasse. Mais cela implique que YAHVEH mette fin d’abord à l’histoire des civilisations humaines, comme annoncé par les prophètes hébreux d’autrefois. La fin de ce monde est inéluctable : c’est la raison pour laquelle il importe plus que jamais de faire du bien aux autres dans ce monde (et même de préserver notre environnement) tant que nous le pouvons. Car bientôt, cela ne sera plus possible, faute de partenaires ! Et comment nous présenterons-nous devant le Créateur, le Juge de l’univers, la Source de toute bonté, si nous négligeons de faire le bien, aujourd’hui, dans ce monde violent et perturbé ? Que lui répondrons-nous, si nous ne suivons pas l’exemple de Jésus, en paroles et en actes ?

Le message de la fin du monde est un message impopulaire. Il est souvent déformé, travesti, reporté sine die chez les croyants, y compris « évangéliques ». Pourtant il est de notre intérêt ultime (et immédiat) de revenir « aux anciens sentiers d’autrefois » comme nous y invitait le prophète Esaïe au VIIIe siècle avant Jésus-Christ !

 

VOICI MAINTENANT QUELQUES EXEMPLES DE LA FOLIE MEURTRIÈRE, DOMINATRICE ET INTOLÉRANTE QUI S’EXPRIME DANS LE CORAN :

"Les Incrédules, hors du territoire de l'Islam! (dar el islam v. dar el h'arb)"
Qui sont-ils ? 
Coran 4/150-1
"Les "incrédules" sont ceux qui ne croient pas en Allah,
ceux qui disent "nous croyons en certains prophètes et pas en d'autres",
ceux qui veulent suivre une voie intermédiaire,
Nous avons préparé un châtiment ignominieux pour eux!"
 
Que faut-il faire?
Coran 2/191-193
"S'ils combattent tuez-les, telle est la rétribution des Incrédules!"
"Tuez-les partout où vous les rencontrerez, chassez-les des lieux d'où ils vous auront chassés"
"Leur sédition étant pire que le meurtre!" 
 
4/89
"S'ils se détournent du chemin de Allah, saisissez-les, tuez-les partout où vous les trouverez!"  
 
Leur châtiment 
Coran 5/33
"Ils seront tués ou crucifiés
Leur main droite et leur pied gauche seront coupés
Ils seront expulsés du pays".
8/12
"Frappez-les sur leur cou
Frappez-les tous aux jointures  [cette règle est encore appliquée aujourd’hui en France dans certaines banlieues parisiennes par certains individus : nous le savons de source policière !] 
Abattez leur tête et frappez les extrémités de leurs doigts".
 
Tuez les!
Coran 17/33-35
"Vengez un homme tué injustement.
Ne tuez point, Allah l'a défendu, sauf pour une juste cause!" [ajout blasphémateur d’un commandement humain à un commandement divin, perversion du commandement]
 
Les Juifs
Coran 9/29
"Ceux qui parmi les gens du Livre ne pratiquent pas la vraie religion
Combattez-les jusqu'à ce qu'ils payent directement le tribut après s'être humiliés".
4/46
"Certains Juifs altèrent le sens des paroles révélées [ce que fait précisément le Coran, en falsifiant les commandements divins, comme nous venons de le voir ci-dessus], Allah les a maudit à cause de leur incrédulité …, et ceux qu'il maudit, il en fait des singes et des porcs".
5/85…
"Ceux qui nourrissent la haine la plus violente contre les Fidèles sont les Juifs et les idolâtres". 
 
Les Martyrs
Coran 4/74 – 2/154
"Que ceux qui troquent la vie présente pour la vie future, qu'ils combattent donc dans le chemin de Allah. Nous accorderons une récompense sans limites à celui qui combat dans le chemin de Allah, qu'il soit tué ou qu'il soit victorieux!"   
"Car celui-ci n'est pas mort, il est vivant, et vous n'en avez pas conscience" [c’est là précisément le mensonge de Lucifer dans le jardin d’Éden : « vous ne mourrez pas, mais vous serez comme des dieux. » Nous avons donc là un exemple parfait de verset satanique ! C’est le vieux mensonge universel de l’immortalité naturelle de l’âme. Selon les religions orientales, il faut éveiller la conscience à cette réalité, comme le suggère ici le Coran]
 
Les femmes
Coran 4/34-38
"Les hommes ont prééminence sur les femmes…ils leur sont supérieurs".
"Les hommes ont autorité sur les femmes du fait qu'Allah a préféré certains d'entre vous plutôt que d'autres, et du fait que les hommes font dépense sur leurs biens en faveur de leurs femmes…. Celles dont vous craignez l'indocilité admonestez-les! Reléguez-les dans les lieux où elles couchent! Frappez-les! Si elles vous obéissent, ne cherchez plus contre elles de voie de contrainte!"
[Ces derniers versets sont trop odieux et trop évidemment contraire à la Création, à la raison, au bon sens et à toute relation humaine pour être commentés]
 
Source: Le Coran, par J. Grosjean, traduction et notes de D. Masson, éd. NRF, collection la Pléiade. Cité par http://www.nuitdorient.com/n2312.htm

 

DIEU N’EST PAS COMME ÇÀ !

C’est donc bien clair, contrairement à ce que le discours dominant veut faire croire, le Coran contient bien une incitation à la haine et à l’affrontement, hors de toute référence historique, hors de toute histoire, hors de tout contexte et de toute cohérence littéraire. Bref, hors de toute humanité. Cette vérité n’est pas bonne à dire parce que l’on craint qu’elle augmente l’islamophobie. Pourtant ce ne sont pas les musulmans qui sont en cause de façon générale, mais bien la perversité de la nature humaine, toujours prête à s’emparer d’un texte religieux, ici de piètre valeur, pour justifier sa violence.

La supériorité de la Bible éclate ici au grand jour. La Bible n’est pas un livre, mais une véritable mini-bibliothèque, ouverte sur des époques et des auteurs très différents, d’éducations différentes. La Bible magnifie l’unité dans la diversité : diversité de styles, de tons, unité et cohérence du message. Les livres de la Bible sont structurés, ils contiennent une ligne directrice. Il n’est est clairement pas de même du Coran, œuvre d’une ( ?) personne, dans un temps limité, dont le seul élément unificateur semble être la violence, sous toutes ses formes. Pas grand-chose de divin là-dedans, assurément, car Dieu privilégie toujours la collaboration, c’est un principe de son gouvernement. C’est ce qui a permis la révolte des anges et l’apparition du mal, d’ailleurs. Si le Coran avait raison dans sa façon de décrire Dieu, le mal n’aurait jamais pu exister : ce dieu là est bien trop intolérant pour permettre le mal. Tous les protagonistes du mal auraient dû être anéantis depuis longtemps !

UN DIEU QUI A BESOIN DES HOMMES POUR EXÉCUTER SES OPPOSANTS N’EST PAS UN DIEU, MAIS UN IMPUISSANT. Un monstre quoi.

Le seul mérite du Coran, c’est d’inviter les croyants à solliciter les « gens du Livre », ceux qui respectent la Bible, afin d’y voir plus clair. La présence de ce conseil dans le Coran est un vrai miracle, improbable, isolé au sein d’une bouillie informe de propos désordonnés, hyper violents et pathologiques, qui trahissent la confusion mentale de son auteur. Solliciter les « gens du Livre » : les musulmans devraient s’empresser de profiter de ce conseil inspiré. Décidément Dieu est prêt à aller très loin pour ramener les humains à ses Paroles inspirées : jusque dans le Coran ! Rien ne l’arrête, il est indestructible ! ALLÉLUIA !

Au fait, Mahomet est une création de Rome. L’autorité religieuse abusive et totalitaire de Rome s’est confirmée au VIe siècle, avec l’appui armé de l’Empereur d’Orient, Justinien. Déjà avant la naissance du prophète Mahomet, au VIe siècle de notre ère, à l’époque redoutable de Justinien qui marque le basculement de la civilisation romaine dans la régression incroyable du Moyen Age, des émissaires de Rome ont parcouru tout le Magreb. Ils annonçaient aux populations la naissance prochaine d’un grand prophète, afin de préparer les esprits. Le rôle que devait jouer ce « grand prophète » est évident : il s’agissait d’éliminer physiquement, sans pitié, les nombreuses communautés chrétiennes du Magreb, probablement assez fidèles à la Bible et aux prophètes hébreux, et en tous cas insoumises à l’autorité religieuse hégémonique de Rome. Les chrétiens du Magreb ont bien été tous massacrés ou réduits en esclavage au VIIe siècle. Mission remplie… Mais après comment faire pour se débarrasser de ces encombrants hommes de main qu’étaient devenus les soldats « musulmans » de l’époque ? Rome a dû inventer les Croisades.

Il est par ailleurs notoire que Mahomet avait dans ses cousins des « chrétiens » rattachés à Rome et que, par ce biais, les idées de Saint Augustin, caricaturées, ont exercé un influence sur ses orientations politico-religieuse.

Rien de bien étonnant à tout cela, au fond. En effet, selon les prophéties hébraïques, celles de Daniel et de l’Apocalypse de Jean en particulier, c’est à Rome que se concentrent les pouvoirs politico-religieux, c’est vers Rome que convergent les grandes tendances hégémoniques, persécutrices, intolérantes et blasphématrices qui ont marqué l’histoire des civilisations, de Babylone à aujourd’hui en passant par les horreurs commises contre les protestants en France au XVIIe siècle, au moins aussi atroces que les attentats d’aujourd’hui et avec la bénédiction des autorités de l’époque.

C’est bien de Rome dont vient le problème puisque, selon Saint Jean, Jésus a dit que là où l’Église du Christ demeure (son Eglise !), là aussi est le trône de Satan. C’est choquant. Mais voilà bien la source de tous les maux de cette planète : l’ex Lucifer, celui qui manipule la violence des hommes pour provoquer leur destruction prématurée et pour déshonorer leur Créateur !

C’est bien contre Satan et ses mensonges que nous devons résister, et non contre nos frères les hommes, même s’ils se montrent nos ennemis. C’est pourquoi nous pouvons conclure cette modeste réflexion avec le roi David qui s’exclamait il y a trois mille ans :
« Toi, homme fort, pourquoi te vanter de faire le mal ?
Dieu ne cesse jamais de nous aimer. »
« Tu fais le projet de tuer les autres »
« Aussi Dieu [et pas nous !] te détruira pour toujours »
Psaume 52.3,4,7 – Bible en français fondamental.
 

Çà c’est beau ! Voilà la vraie religion d’Abraham ! Heureux ceux procurent LA PAIX [et non le meurtre] car ils seront appelés fils de Dieu ! (Jésus, dans le sermon sur la montagne)

Pour aller plus loin : voir notre article intitulé : Papauté et Prophète : même combat.

Commenter cet article